Européennes 2019 : bulletins manquants, citoyens radiés, double vote… les couacs de l'élection

Élections Européennes 2019
INCIDENTS - Alors que la participation aux élections européennes bat des records en France ce dimanche, certains citoyens ont pourtant dû faire face à des difficultés au moment d'aller voter. LCI a récolté certains de ces témoignages.

Des couacs en série dans les bureaux de vote. Des témoignages envoyés sur notre adresse de contact alaloupe@tf1.fr font état de plusieurs problèmes au moment de voter aux élections européennes ce dimanche 26 mai. Certains ont été radiés des listes sans avertissement quand d'autres n'ont pas trouvé le bulletin de vote correspondant à leur choix. Au contraire, une personne à Berlin a pu s'exprimer deux fois. 

"Nous n'avons pas eu le droit de voter"

Plusieurs citoyens expliquent ne pas avoir pu voter car ils n'étaient plus inscrits sur les listes électorales de leur commune. Ainsi, un couple habitant à Chaville (Hauts-de-Seine) s'est vu refuser le droit de mettre un bulletin dans l'urne. Installés depuis 2016, ils avaient pourtant pu s'exprimer lors de la présidentielle de 2017. "Les personnes bénévoles dans le bureau de vote nous ont expliqué qu'ils ne nous trouvaient pas sur les listes. Elles étaient démunies", nous a ainsi confié Pierre. On vous expliquait déjà ici il y a quelques jours que cette mésaventure était susceptible se produire, en raison de la mise en place, en janvier 2019, d'un nouveau fichier national par l'INSEE. "On sait qu'un problème va arriver, et il n'y a aucune solution de secours", s'emporte Pierre en découvrant ce bug. Pour remédier au problème, au bureau de vote, on lui a proposé de se rendre au tribunal de grande instance. Mais cet électeur estime que cet empêchement ne retourne pas de sa responsabilité. Et reproche à l'administration de "pouvoir [le] trouver quand il s'agit de payer des impôts mais pas quand il s'agit de voter". 

Un cas de figure similaire à celui de Yohann. Vivant à Coye-la-Forêt (Oise), il n'en est pas à sa première infortune. Déjà radié par erreur en 2015, il nous dit avoir pu ensuite se rendre aux urnes normalement. Mais, alors qu’il n'a pas reçu de carte d'électeur pour les Européennes, il a décidé de contacter son maire qui lui a assuré qu'il n'aura aucun problème. Et pourtant ce matin, surprise, il n’est plus inscrit. De quoi le démoraliser pour de bon : "Je ne voterai plus puisque l'Etat ne veut plus de ma voix. J'en ai assez de me démener pour avoir accès à mes droits." 


En fin d'après-midi dimanche, la mairie de Toulouse a saisi le ministère de l'Intérieur à la suite de ces dysfonctionnements, a indiqué La Dépêche du Midi.  "Sur 47 millions électeurs, environ 300 saisines de tribunaux d'instance pour un problème ont été rapportées",avait indiqué plus tôt le ministère de l'Intérieur sollicité par LCI. "Un niveau habituel de réclamations pour une élection", assure la Place Beauvau qui n'y voit "pas de bug massif".

"N'a pas fait livrer de bulletins de vote"

Une autre embûche est semée sur le chemin qui mène au vote. A la place d'un bulletin : une feuille blanche sur laquelle est écrit : "N'a pas fait livrer de bulletins de vote", ou "Bulletins non fournis". C'est ce qu'ont pu lire plusieurs électeurs, une fois arrivés devant les assesseurs. Ces absences de bulletins sont en partie dues au fait qu'en France, il revient à chaque parti de les imprimer (suivant des conditions bien précises) et de les acheminer s'ils n'ont pas demandé à leurs sympathisants de le faire chez eux. Avec des dépenses à la charge des candidats, qui ne sont remboursés qu’après, les petites listes ont souvent du mal à être représentées dans les bureaux de vote. 

Fait plus surprenant cependant, des partis historiques ou en tête des sondages sont eux aussi aux abonnés absents. De nombreux témoignages font état de bulletins manquants pour La France Insoumise, Génération·s ou Lutte ouvrière, mais aussi du côté de la droite avec des bulletins jamais acheminés pour le Rassemblement national ou Les Républicains.

Une "honte" s'emporte un internaute sur Twitter, quand un autre explique que certains bulletins sont arrivés trois heures après l'ouverture des bureaux de votes. 

"Ma fille a pu voter deux fois"

Alors que certains disent ne pas avoir pu exercer leur droit de vote, d'autres ont vécu le contraire. Un citoyen français, qui vit depuis trente ans en Irlande, a fait savoir auprès de LCI que Laurie*, sa fille s'est rendue deux fois aux urnes. La jeune femme nous a en effet expliqué que,  possédant la double nationalité, elle s'est exprimée une fois à Dublin, ce vendredi, et une autre au consulat français, ce dimanche. "Je suis citoyenne des deux pays, donc ça me paraissait normal", nous confie-t-elle, "je ne savais pas". Se rendant pour la première fois aux urnes, elle nous explique n'avoir été informée ni par le bureau de sa commune ni par le consulat français, que cette pratique était interdite.

Le problème du double vote des bi-nationaux n'est pas nouveau. Mais pour le moment, rien n'a été fait pour régler cette faille, mis à part instaurer des sanctions. Un tel comportement expose en effet l'électeur à des poursuites pénales, comme nous le précisait le Quai d'Orsay en début de semaine. Le code électoral prévoit effectivement une peine d'emprisonnement et une amende pouvant atteindre 15.000 euros. 


*Ce prénom a été modifié

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Elections européennes 2019 : l'heure des résultats

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter