Européennes : Ludowski, Drouet, Nicolle... pour qui vont voter les figures des Gilets jaunes ?

Élections Européennes 2019
TOUR D'HORIZON - Cela fait plusieurs semaines que les principaux représentants médiatiques du mouvement, qui fêtait il y a une semaine ses six mois de mobilisation, invitent à glisser un bulletin de vote anti-Macron pour le scrutin du 26 mai. Certains ont-ils été plus précis ? Le point sur leurs récentes déclarations.

Ils en discutent depuis des semaines, des mois pour certains. Si le sujet du vote aux européennes divise dans les rangs des Gilets jaunes, une idée semble faire l'unanimité : aucune des listes déposées pour le scrutin du 26 mai ne peut se revendiquer du mouvement de contestation qui a fêté ses six mois de mobilisation la semaine dernière.


Parmi les principales figures qui l'incarnent depuis novembre, plusieurs ont invité à glisser un bulletin de vote anti-Macron dans l'urne ce dimanche. Ont-ils été plus précis pour certains ? LCI revient sur leurs récentes déclarations, dans la presse, ou sur les réseaux sociaux.

Priscilla Ludowski

Dès le mois de mars, l'auto-entrepreneuse de Seine-et-Marne, instigatrice d’une pétition pour la baisse des prix du carburant lancée en mai 2018, qui a impulsé le début du mouvement des Gilets jaunes, s'exprimait sur ses intentions en vue du scrutin du 26 mai. "Je vais voter blanc aux européennes. Que les partis politiques arrêtent de me contacter, notamment France insoumise", déclarait-elle sur Europe 1, avant de préciser : "Le Rassemblement national m’a contactée aussi au début du mouvement".

Maxime Nicolle

Maxime Nicolle, autre représentant médiatique du mouvement, s'est exprimé très tôt et régulièrement sur le sujet. Dans une longue vidéo, publiée en live sur son fil Facebook en mars, il encourageait déjà les Gilets jaunes à aller voter pour le scrutin de dimanche sans pour autant désigner une liste en particulier. "J'appelle à voter personne. Ce n'est pas moi qui vais vous dire : 'votez untel' ou 'ne votez pas untel'. La seule chose que je vous dis c'est : 'Ne votez pas Macron'", expliquait-il alors.


Une déclaration très proche de celle qu'il a faite plus récemment, le 10 mai, toujours sur les réseaux sociaux. "Je redonne ma position, je n’appelle pas au vote blanc, je n’appelle pas à l’abstention, j’appelle à rien du tout excepté peut être voter anti-Macron", explique-t-il cette fois.

Eric Drouet

Même ligne de conduite du côté d'Eric Drouet. Mais le chauffeur routier originaire de Melun a initié un sondage sur sa page Facebook destiné à "donner un aperçu des listes en tête" à "ceux qui sont perdus" afin de contrer Macron. 


Ce jeudi après-midi, La France insoumise récoltait 3106 votes sur 305.000 membres de ce groupe fermé. De leur côté, le Rassemblement national, L'Union populaire républicaine, très populaire chez les Gilets jaunes, et Alliance jaune recueillaient respectivement 1750, 1310 et 50 votes.

Jérôme Rodrigues

Jérôme Rodrigues appelle lui aussi à voter dimanche à tout prix. Au début du mois, il avait partagé une publication sur son mur s'opposant au "blocage des urnes proposé par certains" pour contrer Macron.


S'agissant des rumeurs qui ont pu circuler récemment sur le fait qu'il appellerait à voter Francis Lalanne, ce dernier ayant posté des photos de lui portant des t-shirt à l'effigie du Gilet jaune, l’intéressé n'a pas réagi personnellement, mais Maxime Nicolle l'a fait en son nom. Affirmant qu'elles étaient fausses. 


S'il préfère garder son vote secret, Jérôme Rodrigues a précisé à Capital que ce ne serait "ni l’abstention, ni un bulletin blanc". 

Ingrid Levavasseur

Toujours à Capital, Ingrid Levavasseur, a confirmé qu'elle irait voter, précisant avoir "choisi" mais ne pas souhaité en dire plus pour "ne pas donner l’impression d’inciter les gens à voter pour untel ou untel".


Pour autant, elle ne s'est pas privée de livrer quelques précieux indices. "Je voterai en fonction de mes convictions de toujours, donc écolo et à gauche, mais pas pour La France insoumise", indique-t-elle, tout en appelant à faire un double-barrage. A Emmanuel Macron, mais aussi au Rassemblement national de Marine Le Pen.

Sophie Tissier

Sophie Tissier, elle se décidera "au dernier moment, dans l’isoloir" sur une liste de gauche, comme elle l'a expliqué à nos confrères de Capital. "Yannick Jadot, Manon Aubry ou Ian Brossat", a-t-elle énuméré, précisant que "le Parti communiste, c’est quand même un peu le vieux monde". Comme Ingrid Levavasseur, elle appelle au double-barrage Macron/RN.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter