Parlement européen : les forces pro-UE contiennent la poussée de l'extrême droite

Élections Européennes 2019

Toute L'info sur

Elections européennes 2019 : l'heure des résultats

EN SIÈGES - Les électeurs de l'Union ont voté pour renouveler le Parlement européen ce dimanche. Un scrutin marqué par la perte de vitesse des grands partis traditionnels et une poussée des Verts et de l'extrême droite. A quoi pourrait ressembler le nouvel hémicycle - qui devrait prochainement perdre ses représentants britanniques ? Premières projections.

En baisse mais toujours en tête. Le Parti populaire européen (démocrates-chrétiens et droite) et l'Alliance progressistes des socialistes et démocrates (sociaux-démocrates) restent les principales forces du Parlement européen, selon les dernières projections. Les traditionnels mastodontes de Strasbourg, malgré des scores catastrophiques en France et peu reluisants en Allemagne, obtiennent respectivement 181 et 148 sièges dans le nouveau Parlement, soit une baisse d'une grosse trentaine de sièges chacun. 

Une perte d'influence qui les privera de la possibilité de cogérer le travail législatif à l'assemblée européenne comme ils en avaient l'habitude jusqu'à présent. 

Lire aussi

En effet, il faudra désormais compter avec deux autres groupes politiques, susceptibles de participer aux manœuvres politiques européennes. Les écologistes, dont les poussées française, britannique et allemande ont permis au groupe Verts/Alliance libre européenne de passer de 52 à 68 membres. Et les libéraux qui, fort notamment des succès de LaRem en France et dans d'autres pays (Slovaquie, Irlande, etc.), voient l'Alliance des libéraux et des démocrates européens, de 69 à 105 membres. De quoi former, comme le souhaite LaRem, une coalition libéraux/écologistes/sociaux-démocrates/chrétiens-démocrates ? 

Quoi qu'il arrive, ce sera en tout cas sans les conservateurs, souverainistes et groupes d'extrême droite qui, en trois groupes distincts, gagnent une vingtaine de sièges : 54 pour les Conservateurs et réformistes, où iront les Polonais du PiS, 58 pour l'Europe de la liberté et de la démocratie directe (où siégera le parti du Brexit) et 59 pour l'Europe des nations et des libertés (la future maison de la Ligue et du Rassemblement national), contre 77, 42 et 36 dans la mandature précédente.

Enfin, le groupe de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique, où siégeront les élus de la France insoumise, est en recul, en passant de 52 à 38 sièges. On compte par ailleurs 31 élus qui rejoignent les rangs des non-inscrits ou des nouveaux partis.

>> Au fur et à mesure que les résultats tombent, retrouvez la composition du nouveau Parlement européen, groupe par groupe

Lire et commenter