Elections européennes : ce que contient le projet du Rassemblement national

ÉLECTIONS EUROPÉENNES 2019
PROGRAMME - Marine Le Pen présente ce lundi à Strasbourg ses propositions pour les élections européennes. Au menu de la liste conduite par Jordan Bardella : abandon du Frexit, suppression de la Commission européenne et mesures écologiques.

Un manifeste de 75 pages. Le Rassemblement national devait détailler lundi ses propositions en vue des élections européennes, qui se tiendront le 26 mai prochain. Si plusieurs mesures étaient déjà soutenues dans ses précédents programmes électoraux, la ligne directrice de la liste conduite par Jordan Bardella diffère de celle des élections de 2014, comme LCI a pu le constater en amont de la présentation. 

Abandon du Frexit

Principale évolution : le parti confirme qu'il renonce dans son programme au "Frexit", et donc au retrait de la France de l'Union européenne. Une idée abandonnée depuis le lendemain de l'élection présidentielle de 2017 et qui n'est plus évoquée dans aucun des programmes du Rassemblement national. Le parti de Marine Le Pen plaide néanmoins pour une "Europe des nations" et des "coopérations" au lieu d'une Union européenne qu'il juge “fédéraliste” et “carcérale”.


Autre renoncement : Le Rassemblement national ne souhaite plus abandonner l'euro au profit d'un retour au franc. En janvier 2019, Marine Le Pen avait expliqué que cette mesure ne constituait plus une priorité. Le parti préfère miser sur une réforme des missions de la Banque centrale européenne (BCE) et “de sa gouvernance.” 


Le Rassemblement national souhaite toutefois la suppression de la Commission européenne, un organe “non démocratique” disposant des pouvoirs exécutifs et législatifs et qui a vocation, selon le parti de Marine Le Pen, à devenir un simple secrétariat  administratif du Conseil européen, sans prérogatives particulières. 

Virage écologique

La préoccupation écologique fait également partie du projet européen du Rassemblement national. Le parti plaide le “localisme” en privilégiant les circuits courts qu'il souhaite détaxer. A contrario, il souhaite surtaxer les importations “mondialisées anti-écologiques”. Le parti ne donne toutefois aucun détail sur les produits qu'il souhaite détaxer ou surtaxer.  


Autre proposition : celle d'instaurer une “responsabilité nationale de l'entreprise.” Selon le manifeste, chacune “devra encourager l'embauche d'une main d’œuvre nationale, avoir au maximum recours à des fournisseurs locaux et des produits locaux, et éviter les délocalisations.” En cas de non-respect de ces critères, Marine Le Pen est formelle : l'entreprise n'aura pas accès aux marchés publics. 

Deuxième dans les sondages

Les autres propositions ont quant à elles déjà été soutenues dans les précédents programmes électoraux du parti :

rétablissement des frontières nationales, refonte du droit d'asile, fin de l'immigration légale, préférence nationale, abrogation de la directive "travailleurs détachés" et opposition aux traités de libre-échange et à l’élargissement de l’Union européenne. 


À quelques semaines des élections européennes, la liste du parti de Marine Le Pen talonne celle de La République en Marche (LaREM). Dans un sondage publié dimanche 14 avril et réalisé par Harris Interactive et Agence Epoka, LaREM alliée au MoDem est en tête des intentions de vote (22,5 %) devant le Rassemblement national (20,5 %).

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Les élections européennes 2019

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter