Exonérer 80% des Français de la taxe d'habitation : la promesse de Macron inquiète les maires

Exonérer 80% des Français de la taxe d'habitation : la promesse de Macron inquiète les maires

PRÉSIDENTIELLE - Le leader d'En Marche! s'engage à ce que 4 foyers sur 5 ne paient plus cette contribution dès 2020. Une proposition qui n'est pas du goût des maires de France, qui rappellent que celle-ci permet aux collectivités locales de financer les services publics qui ne sont pas pris en charge par l'Etat.

Emmanuel Macron l’a promis. S’il est élu à la présidentielle, le candidat d’En Marche! s’engage à exonérer 80% des Français de la taxe d’habitation dès 2020. Une promesse de campagne qui suscite l’inquiétude des maires de France. Cette taxe, dont s’acquittent aussi bien les propriétaires que les locataires, permet aux collectivités locales de financer les services publics qui ne sont pas pris en charge par l’Etat.


"Une proposition a été émise d'exonérer de la taxe d'habitation 80% des habitants, privant ainsi les communes, et leurs intercommunalités, de 10 milliards de recettes, soit une perte de 36% de l'ensemble de leurs ressources propres !", s'alarme l'Association des maires de France dans un communiqué. Et d'ajouter : "Dans une société de responsabilité, à l'opposé de tout populisme, il est légitime que chaque habitant contribue, en fonction de ses moyens, aux charges communes ; c'est le fondement même de la démocratie locale qui est en jeu", fait-elle valoir. 

Près de la moitié des Français en seraient déjà exonérés

De plus, cette mesure serait "démagogique car existent déjà de nombreux dispositifs d'allègements, de dégrèvements, d'exonération ou de plafonnement de la taxe d'habitation dont bénéficient les habitants", estime l'AMF, qui précise qu’aujourd’hui "42% des foyers en bénéficient, soit 13 millions de foyers environ". Une telle promesse serait de surcroît "non financée car l'Etat, depuis longtemps, ne compense plus réellement les conséquences de ses propres décisions".


Enfin, poursuit l’AMF, cette exonération serait "attentatoire aux libertés locales": "en privant de manière autoritaire les communes et leurs intercommunalités d'un tel montant de ressources propres, l'Etat remettrait en cause leur libre administration et leur capacité d'assurer les services publics essentiels attendus par la population, de l'école à la solidarité", prévient l'AMF.

En vidéo

Programme : Emmanuel Macron prévoit au total 60 milliards d’économies

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Emmanuel Macron dans la course à l'Elysée

Plus d'articles

Sur le même sujet