"Captatio benevolentiae", "Carabistouille", "chicaya"... Connaissez-vous les expressions rétro employées par Emmanuel Macron ?

"Captatio benevolentiae", "Carabistouille", "chicaya"... Connaissez-vous les expressions rétro employées par Emmanuel Macron ?

LEXIQUE - depuis sa course à l'Elysée, Emmanuel Macron a plus d'une fois surpris par le vocabulaire qu'il a employé. Outre ses habituels tics de langage, il a utilisé à plusieurs reprises des expressions pour le moins fleuries, et dont le sens pourrait vous échapper. Tout au long de son quinquennat, LCI vous fait l'explication de texte.

L'amour des mots, Emmanuel Macron ne s'en est jamais caché. Le Président a, depuis sa course à l'Elysée, employé un bon nombre d'expressions rarement utilisées dans le vocable politique habituel. Dans la droite lignée de "l'abracadabrantesque" de Jacques Chirac, le lexique parfois désuet d'Emmanuel Macron en dit un peu sur Emmanuel Macron. 


Dernier mot en date à s'être ajouté à ce varia (on vous laisse regarder ce que cela signifie dans le dictionnaire), trois jours après avoir prononcé "carabistouille", le Chef de l'Etat a sorti dimanche  15 avril face à Edwy Plenel et Jean-Jacques Bourdin, la locution latine "Captatio benevolentiae". 

"Captatio benevolentiae"

Captatio benevolantiae, loc. latine : "Il s'agit d'un procédé rhétorique cher aux orateurs latins qui sert à nouer un lien direct avec l’auditeur, par l’établissement d’un rapport de sympathie avec lui en vue d’obtenir son adhésion au discours prononcé. Littéralement, c’est la 'séduction des esprits'", explique le Département Fonds ancien de la Bibliothèque municipale de Lyon.   C'est une formule qui doit inciter le lecteur à en écouter davantage. 


Quand l'a-t-il employé ? Au cours de son interview face à Edwy Plenel et Jean-Jacques Bourdin, le Président répond au fondateur de Mediapart et estime que la question posée, au sujet de la situation de l'hôpital public, avait "captatio benevolentiae très précise".

"Carabistouille"

Carabistouille, nf. : Familier. En Belgique, bêtises, fariboles.  Sottise, sornette, baliverne, ânerie.


Quand l'a-t-il employé ? Au cours de son interview accordée à Jean-Pierre Pernault, jeudi 12 avril 2018, pour expliquer qu'il ne fallait pas dire dire des "carabistouilles" aux Français concernant la baisse des dotations des collectivités. Le chef de l'Etat, interrogé sur la taxe d'habitation, a ainsi assuré que les communes ne perdront rien avec la suppression de cette dernière. "Pour la première fois depuis 8 ans, toutes les communes ont vu leur dotation maintenue", a précisé le président. 

En vidéo

L'humeur de Bachelot : "Et si c'était lui, Macron, qui nous racontait en fait des carabistouilles ?"

"Jupitérien"

Jupitérien, adj. : renvoie à la planète Jupiter, la plus grosse du système solaire, ou, dans la mythologie romaine, au dieu des dieux Jupiter, qui a créé le ciel. 


Quand l'a-t-il employé ? Dans une interview accordée en octobre 2016 à Challenges, Emmanuel Macron évoque sa vision du poste de président. "François Hollande ne croit pas au 'président jupitérien'. Il considère que le Président est devenu un émetteur comme un autre dans la sphère politico-médiatique. Pour ma part, je ne crois pas au président 'normal'". Et de se réclamer du général de Gaulle et de François Mitterrand, qui avaient "une capacité à éclairer, une capacité à savoir, une capacité à énoncer un sens et une direction ancrés dans l’histoire du peuple français". 

"In petto"

In petto, loc. italienne : signifie "en secret" ou "en le pensant sans le dire". Cette expression issue de l'italien s'utilise dans le contexte religieux, quand le pape nomme un cardinal sans le proclamer.


Quand l'a-t-il employé ? Dans une interview à Europe 1, le 5 mai, un journaliste demande à Emmanuel Macron s’il a déjà choisi son Premier ministre. L'intéressé répond alors : " Oui. In petto." Et c'est tout. On n'en saura pas plus sur le nom du futur chef du gouvernement. Le président élu préfère attendre la passation de pouvoirs, fixée au 14 mai. 

"Pique-bœuf"

Pique-bœuf, nom masculin singulier : un oiseau vivant en Afrique et qui se nourrit principalement des parasites vivant sur la peau des bœufs. 


Quand l'a-t-il employé ? Dans une interview à La Provence en date du 5 mai, Emmanuel Macron déclare à propos de Marine Le Pen, son adversaire du second tour : "Elle est avec le système comme le pique-bœuf sur l’hippopotame : elle mange sur son dos, prospère de son inefficacité. Le jour où se met en place une organisation politique efficace, elle s’éteint."

La poudre de perlimpinpin

Poudre de perlimpinpin, nom féminin singulier : désigne un "médicament inefficace, une chose illusoire". Cette formule était utilisée pour qualifier les poudres vendues par des escrocs et soit-disant dotées de vertus exceptionnelles. 


Quand l'a-t-il prononcé ? Peut-être l'un des moments les plus marquants, mais aussi les plus drôles du débat de l'entre-deux-tours, du mercredi 3 mai, entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Le premier a qualifié les mesures anti-terroristes de la candidate frontiste de "poudre de perlimpinpin."

En vidéo

Débat 2017 - Emmanuel Macron : "Ce que vous proposez, c'est de la poudre de perlimpimpin"

Le célèbre youtuber Khaled Freak, adepte des remixes politiques, s'est même emparé de la séquence pour en faire un tube dont il a le secret.

"Galimatias"

Galimatias, nom masculin singulier : est un "discours ou écrit embarrassé, inintelligible". Libération explique que l'expression "aurait fait son apparition à la Renaissance humaniste" et "aurait été utilisée par un avocat plaidant en latin pour un 'Mathias' dans une affaire où il s’agissait d’un coq. 'Gallus' signifiant 'coq', il aurait voulu dire 'le coq de Mathias' mais s’embrouilla au point de dire 'galli Mathias' au lieu de 'gallus Mathiae'." 


Quand l'a-t-il prononcé ? Toujours lors du débat de l'entre-deux-tours, Emmanuel Macron reproche à Marine Le Pen de ne pas répondre à une question posée sur la politique internationale : "Vous répondez sur Monsieur Trump et Monsieur Poutine ? Là, c’est vraiment un galimatias."

"Saut de cabri"

Cabri, nom masculin singulier : le petit de la chèvre. Et force est de constater qu'il saute avec une certaine légereté. De là découle la formule du "saut de cabri", qui désigne le fait d'agir avec un peu trop de légereté. 


Quand l'a-t-il prononcé ? Une expression prononcé encore lors du débat de l'entre-deux-tours contre Marine Le Pen, le 3 mai. Sur la question du terrorisme, Emmanuel Macron a déclaré : "J'ai un projet sérieux, qui n'est pas du saut de cabri. (...) Madame Le Pen lutte contre le terrorisme sur les plateaux télé, quand le contribuable la paye pour aller au Parlement européen, elle n'y va pas pour voter les réformes contre le terrorisme."

"Chicaya"

Chicaya, nom commun féminin : cette expression venue de l'arabe désigne une querelle. Souvent utilisée par les politiques, cette expression a aussi été employée par Marine Le Pen sur LCI.


Quand l'a-t-il prononcé ? Bien avant la campagne, en février 2015, quand Emmanuel Macron était encore ministre de l'Économie, il dénonçait sur RMC "le vieux (sic) chicaya politique". Il défendait alors l'usage de l'article 49-3 par le gouvernement Valls pour faire passer la loi Macron, qui modifiait le statut des professions juridiques, étendait le travail du dimanche, et libéralisait le marché du transport en autocars. 

En vidéo

Marine Le Pen répond à Marion-Maréchal Le Pen : "Les Français ne nous pardonneront pas de tomber dans ce genre de chicayas"

"Broutard"

Broutard, nom masculin singulier :  jeune bovin ou ovin âgé de moins d'un an, à l'âge du sevrage, qui broute de l'herbe en complément du lait maternel. 


Quand l'a-t-il prononcé ? Lors du débat du second tour contre Marine Le Pen, Emmanuel Macron a défendu sa vision de l'Union européenne en prenant pour exemple le Cantal. Il a alors évoqué "l'éleveur du Cantal" qui "a ce qu'on appelle des broutards qu'il envoie s'engraisser ailleurs, en Italie".

 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter