Quand Marine Le Pen joue la proximité : "Tout a basculé lorsqu’elle a fait l’émission de Karine Le Marchand"

DECRYPTAGE - Après sa séance de selfies retentissante sur le parking de l’usine Whirpool mercredi, Marine Le Pen a de nouveau frappé fort, ce jeudi, avec sa sortie en mer aux côtés des pêcheurs du Grau-du-Roi. L’aboutissement d’une stratégie de communication qui met l’accent sur la proximité avec les électeurs. Et qui, d’après la sémiologue Elodie Mielczareck, s’est accentuée depuis son passage dans l’émission "Une ambition intime", sur M6.

Sa campagne de second tour, Marine Le Pen l’a entamée dès lundi matin, sur un marché de Rouvroy, bastion de communistes du Nord de la France. Le lendemain, elle débarquait au petit matin à Rungis, bravant les huées et les jets de tomates. Au risque d’un accueil mouvementé, la candidate FN fait le choix délibéré d’aller sur le terrain, auprès des "vrais gens". Depuis, elle a fait sensation en se rendant mercredi auprès des ouvriers de Whirpool, à Amiens, grillant la politesse à Emmanuel Macron. 15 minutes chrono ponctuées par une brève allocution et une séance de selfies rapidement relayés sur les réseaux sociaux.

Ce jeudi, elle a fait le show sur un bateau de pêche, au large du Grau-du-Roi, en compagnie de Gilbert Collard, imitant le cri d’un dauphin dans un moment un peu surréaliste. 

"C’est l’apogée d’une stratégie de communication qui fonctionne depuis déjà plusieurs mois", observe la sémiologue Elodie Mielczareck, auteur de "Déjouez les manipulateurs – l’art du mensonge au quotidien (Editions Nouveau Monde). "On a beaucoup parlé de dédiabolisation, moi je parlerai de peopolisation. Et d’après moi tout a basculé lorsque Marine Le Pen a fait l’émission de Karine Le Marchand, Une Ambition intime." 


Le 9 octobre dernier, sur M6, la candidate longtemps méfiante avec les médias fend l’armure. Trinque avec la populaire animatrice de "L'amour est dans le pré". Décrit l’exclusion de son père du parti qu’il a créé comme "le moment le plus difficile de ma vie après mon accouchement". Et verse même une petite larme en évoquant la séparation de ses parents, lorsqu’elle avait 16 ans.

"En se mettant sur le registre de la connivence, elle s’est rendue compte que le regard des gens sur elle avait changé. Cette stratégie opère sur l’inconscient. En la voyant en campagne dans des situations du quotidien, au bistrot, sur un parking, dans un bateau, on regarde la personne humaine. La dimension rationnelle est balayée au profit de la proximité émotionnelle. On ne fait plus appel à la raison ou aux convictions mais à des ressorts instinctifs. La voir par exemple prendre des selfies avec des ouvriers en chasuble CGT fait tomber des barrières qu’on pensait jusqu’ici infranchissables."


Ce jeudi soir, Marine Le Pen renouera avec l’exercice plus classique du meeting, à Nice, face à des militants acquis à sa cause, dans une région où elle est arrivée en tête du premier tour devant François Fillon. Emmanuel Macron, lui, sera sur le plateau de l’émission Elysée 2017 sur TF1. Lundi 1er mai, leur duel à distance les ramènera à Paris, avant le grand débat de mercredi. Où la candidate du Rassemblement Bleu Marine jouera gros.

"Elle est redoutable lorsqu’elle est maître de ses moyens de communication. Elle l’est beaucoup moins dès lors qu’on lui impose des règles, une scénographie", observe Elodie Mielczareck. "On l’a bien vu dans les débats du premier tour. Elle le sait et c’est aussi pourquoi elle appuie sur sa stratégie de proximité avant son duel face à Emmanuel Macron."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Marine Le Pen perd la présidentielle

Plus d'articles

Sur le même sujet