Législatives : François Baroin prône le "désistement" en cas de victoire possible du Front National

Législatives : François Baroin prône le "désistement" en cas de victoire possible du Front National

BARRAGE - François Baroin, chef de file LR pour les législatives, a prôné lundi "le désistement" en cas de victoire possible du FN en marge d'un meeting en Loire-Atlantique. "Je souhaite d'ailleurs que la réciproque soit vraie du côté d'En Marche comme du Parti socialiste", a-t-il ajouté.

Faire barrage au FN à tout prix. En marge d'un meeting en Loire-Atlantique, François Baroin, chef de file Les Républicains (LR) aux élections législatives, a prôné lundi le "désistement" dans le cas où le parti frontiste serait en position de l'emporter.  "Cette question, elle est tranchée depuis très longtemps. Et naturellement, tout sera mis en oeuvre au niveau national pour éviter ce genre de choses", a affirmé François Baroin à la presse. 

"Je souhaite d'ailleurs que la réciproque soit vraie du côté d'En Marche comme du Parti socialiste. Les désistements devront faire partie de l'entre-deux-tours des législatives", a-t-il affirmé dans des déclarations diffusées par Le Figaro.

Lundi matin, le juppéiste Gilles Boyer, candidat dans les Hauts-de-Seine, avait indiqué qu'il allait demander à son parti de prendre position "sur une stratégie de désistement réciproque dans les circonscriptions où le Front national menace de l'emporter". "La position du mouvement elle est connue depuis toujours", a affirmé François Baroin, interrogé sur le sujet. "Les gaullistes sont les adversaires historiques du FN et de l'extrême droite", a-t-il fait valoir. 

En vidéo

Législatives : François Baroin en campagne aux côtés d’Alain Juppé

Une "droite scrogneugneu"

Lire aussi

Au lendemain du premier tour de la présidentielle qui a vu l'élimination de François Fillon, LR avait eu de longues discussions pour finir par trouver un compromis excluant l'abstention face à Marine Le Pen sans toutefois soutenir Emmanuel Macron. 

La discussion avait été houleuse entre les partisans de l'appel explicite à voter pour le candidat d'En Marche! - Nathalie Kosciusko-Morizet, Valérie Pécresse, François Baroin, Jean-François Copé, Luc Chatel, Thierry Solère, Xavier Bertrand, Christian Estrosi, Gérard Larcher - et ceux qui appelaient à "faire barrage au FN" (Laurent Wauquiez, Eric Ciotti, Jean-Frédéric Poisson), sans évoquer Emmanuel Macron.    

Dimanche, François Baroin a affirmé que Les Républicains n'entendaient pas incarner une "droite scrogneugneu" face à Emmanuel Macron, n'excluant pas "un partage des responsabilités" en cas de victoire aux législatives, dans un entretien au Parisien.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 12.096 personnes hospitalisées dont 2191 en soins critiques

Présidentielle 2022 : blessé au poignet en début de meeting, Éric Zemmour porte plainte

Un vaccin qui "n'empêche pas la transmission", est-ce vraiment "du jamais-vu depuis Pasteur" ?

Télétravail, vaccination des enfants... Ce qui pourrait être annoncé à l'issue du Conseil de défense lundi

Protocole sanitaire de niveau 3 à l'école primaire : ce que ça change

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.