François Fillon aurait rémunéré son épouse Penelope dès 1982, selon Mediapart

François Fillon aurait rémunéré son épouse Penelope dès 1982, selon Mediapart
Élections Municipales 2020

ENQUÊTE - Selon le site d'information Mediapart, l'épouse de François Fillon, mise en examen dans l'enquête sur des emplois supposés fictifs à l'Assemblée nationale, aurait reçu les premières rémunérations à ce titre dès 1982. Une hypothèse qui contredirait la version défendue jusqu'ici par le candidat de la droite.

Depuis quand Penelope Fillon a-t-elle bénéficié d'un emploi rémunéré à l'Assemblée nationale ? C'est l'une des questions qui intéressent le parquet national financier dans le cadre de l'enquête qui a conduit à la mise en examen de François Fillon et de son épouse en mars. 

Lire aussi

Après les révélations du Canard Enchaîné, François Fillon, qui conteste tout emploi "fictif", avait d'abord indiqué, le 26 janvier sur TF1, avoir rémunéré son épouse à partir de 1997, indiquant que cette dernière le conseillait à titre "bénévole" auparavant. 

Toute l'info sur

L'affaire Penelope Fillon

En vidéo

Sur TF1, François Fillon détaille les missions assurées par sa femme Pénélope pour lui

Puis, le 6 février, le candidat de la droite avait corrigé le tir, reconnaissant que ses explications avaient été "imprécises" et affirmant que son épouse avait commencé à être rémunérée dès 1988. Peu après, en publiant sur son site les salaires perçus par Penelope,  la période concernée s'élargissait à 1986.

Ce lundi, Mediapart affirme que l'épouse de François Fillon aurait "bénéficié d'argent public dès le premier mandat parlementaire de son mari", à partir de 1982. Selon le site d'information, les enquêteurs s'intéresseraient à des contrats "'d'études ou de mission" commandés à l'époque par le député, et chercheraient la trace de rapports censés avoir été rédigés entre 1982 et 1986. L'avocat de François Fillon n'a pas réagi à ces informations auprès de Mediapart.

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : l'Elysée exclut un confinement généralisé comme au printemps

Appelés à "défendre l’intérêt" du pays, les musulmans de France s’inquiètent d’une surenchère

Le Maroc condamne la publication des caricatures de Mahomet

"Trop risqué", des médecins mettent en garde contre les conséquences d'un éventuel reconfinement

Éventuel "reconfinement" : comment le gouvernement a changé de discours en quelques semaines

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent