Future maire de Paris cherche futurs adjoints

Future maire de Paris cherche futurs adjoints

DirectLCI
MUNICIPALES 2014 - Anne Hidalgo, désignée par les Parisiens pour succéder à Bertrand Delanoë dimanche dernier, planche actuellement sur sa future équipe municipale. Un véritable jeu d'équilibriste dont metronews vous révèle quelques bribes, entre rumeurs persistantes et certitudes.

À peine était-elle désignée future maire de la capitale - elle prendra officiellement ses fonctions samedi prochain lors du conseil de Paris - qu’Anne Hidalgo s’est lancée dans une autre bataille : la désignation de ceux qui seront ses adjoints. Un exécutif "restreint", que la candidate s’est engagée à faire passer de 37 à 20 membres, impliquant des délégations plus larges. En coulisses, les principaux contours commencent à se dessiner. "On va retrouver les piliers de la campagne mais il pourrait y avoir des surprises", concède en off un des favoris, qui assure au passage que "les discussions sont toujours en cours". Et pour cause.

Outre la réduction d’effectif annoncée, l’affaire est compliquée à plus d’un titre. Les résultats, notamment le bon score d’EELV, sont venus perturber les équilibres. De sources multiples, les écologistes obtiendraient ainsi quatre postes, dont la Santé pour le médecin Bernard Jomier et les Transports pour leur chef de file Christophe Najdovski. Les deux autres seraient des femmes, Célia Blauel (14e) tiendrait notamment la corde.

Les fidèles seront récompensés

Problème, du côté des communistes, on conteste ce poids des Verts dans la nouvelle majorité en réclamant également un quatrième adjoint en plus des trois déjà promis. Le Logement revenant à l’unanimité à Ian Brossat, le PCF lorgnerait aussi sur la Jeunesse. Anne Hidalgo ne pourra pas non plus faire l’économie de contenter le PRG, allié de la première heure, qui devrait encore être représenté par Jean-Bernard Bros, actuel adjoint au Tourisme. Un (en)jeu politique auquel s’ajoute les critères essentiels de la représentativité des arrondissements et du respect de la parité.

Une chose est sûre, le noyau dur de l’équipe de campagne sera récompensé de son engagement. Bruno Juillard gardera la Culture et sera, sauf cataclysme, premier adjoint. Myriam El Khomri verra son champ de compétences élargi, avec la Politique de la ville en plus de la Sécurité. L’omniprésent Jean-Louis Missika hériterait, lui, d’une "très grosse délégation", qui comprendrait l’urbanisme, l’économie et l’innovation... Une sorte de "cabinet du maire bis" qui risque de faire grincer des dents au sein de la base militante.

Parmi les sortants, Mao Peninou (Propreté), Colombe Brossel (des Affaires scolaires aux Espaces verts ?) ou encore Julien Bargenton seront du casting. Ce dernier, ancien de la Cour des comptes, passerait des Transports aux Finances. "C’est un mec très bon, qui a géré la mise en place d’Autolib’. Même s’il y a eu un couac sur la pollution avec les écolos avant le premier tour , il est incontournable", défend un élu. Pour sa part, le codirecteur de campagne Rémi Féraud prendra logiquement la tête du groupe au conseil de Paris. Sa première adjointe dans le 10e arrondissement, Alexandra Cordebard, aurait les Affaires scolaires.

De 20... à 22 ?

Du côté des personnalités d’ouverture, la situation est plus floue. Le nom de Hermano Sanches Ruivo, membre influent de la communauté portugaise à Paris, a été régulièrement avancé pour s’occuper des Sports. Mais, l’investissement salué par tous de Jean-François Martins, seul élu du MoDem de la dernière mandature, lui assurerait d'en prendre la responsabilité (ainsi que du Tourisme), et non de la Vie associative comme écrit dans un premier temps. La chiraquienne Dominique Versini est, elle, envoyée aux Affaires sociales.

Se pose enfin la question des deux grandes perdantes de dimanche dernier : Marie-Christine Lemardeley (Vie étudiante ?), candidate dans le 5e, et Pauline Veron , candidate dans le 9e. "La logique politique de Bertrand (Delanoë, ndlr) aurait été de compter sur elles. Elles ont vocation à repartir au combat dans six ans, il faut les armer pour qu’elles gagnent la prochaine fois. Mais avec un exécutif resserré, il n’y en aura peut-être qu’une des deux", lâche un adjoint de l’ancien édile.

Un "exécutif resserré", dont on ne sait toujours pas s’il sera composé de 20... ou de 22 adjoints, la dernière tendance pour qu’Anne Hidalgo puisse satisfaire tout son monde. Réponse, au plus tôt, le 5 avril.

>> Lire notre portrait d'Anne Hidalgo : "La discrète devenue madone"

Plus d'articles

Sur le même sujet