Malgré leurs désaccords sur le climat, Macron salue en Trump un dirigeant "ouvert" et "à l'écoute"

CONTREPIED - A l'issue du G7, tranchant avec le pessimisme d'Angela Merkel à propos du désaccord climatique avec les Etats-Unis, Emmanuel Macron a veillé à laisser la porte grande ouverte au président Donald Trump. En qui il voit un homme "ouvert", avec "la volonté de bien faire ensemble".

La première rencontre entre les deux dirigeants avait commencé avec une franche - et très commentée - poignée de main, elle se termine avec des compliments réciproques. Emmanuel Macron a abordé le mini-sommet de Bruxelles jeudi, puis le G7 en Sicile ce samedi, en se démarquant singulièrement de la chancelière allemande Angela Merkel, sur la forme comme sur le bilan de la rencontre avec le président américain. 


Actant l'échec de la discussion sur l'accord de Paris sur le climat, Angela Merkel avait un peu plus tôt regretté un dialogue "pas du tout satisfaisant". "Nous avons une situation à six contre un, ce qui signifie qu'il n'y a encore aucun signe quant à savoir si les Etats-Unis resteront ou non dans l'accord de Paris", avait-elle ajouté sans filtre. 

Un homme "à l'écoute"

Si Emmanuel Macron, sur le fond, a reconnu lui aussi "un désaccord profond à ce stade" sur le climat, sur la forme, il a semblé faire beaucoup plus de concessions au président américain, multipliant les signes d'ouverture à son égard, et refusant de croire que l'impasse sur le respect des accords de Paris était définitif. 

En vidéo

Emmanuel Macron sur l'accord sur le climat au G7 : "le président américain prendra dans les prochains jours sa décision"

"J'ai vu quelqu'un qui est à l'écoute et qui a envie de travailler", a notamment insisté le chef de l'Etat français, citant à plusieurs reprises la proximité avec la position des Etats-Unis sur la question du terrorisme. "Je pense que Donald Trump a vu l'intérêt de ces discussions multilatérales et qu'au réalisme volontariste qu'il a affiché durant sa campagne et dont il ne se départit pas, il va maintenant ajouter la prise en compte des intérêts de ses amis et de ses partenaires." Reconnaissant même au président américain son "volontarisme" - "J'en ai aussi beaucoup", précise-t-il au passage -, Emmanuel Macron conclut avec un dernier appel du pied : 

J'ai trouvé quelqu'un d'ouvert avec la volonté de bien faire avec nousEmmanuel Macron

Un discours qui fait écho aux compliments adressés ces dernières heures par Donald Trump au nouveau président français, et qui détonne surtout avec la ligne observée jusqu'ici par les dirigeants de l'Union européenne à l'égard du président américain controversé. 


Une première pierre à l'édifice de la diplomatie française version Emmanuel Macron. En attendant la seconde, lundi à Versailles, avec la réception du président russe Vladimir Poutine. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter