Gérard Collomb réélu à la mairie de Lyon, jamais deux sans trois

Gérard Collomb réélu à la mairie de Lyon, jamais deux sans trois

DirectLCI
POLITIQUE – Le socialiste et maire sortant va donc entamer un troisième mandat. Avec 50,65 % des voix, il devance l’UMP-UDI Michel Havard (34,23 %) et le candidat FN Christophe Boudot (10,34 % ). La liste Front de Gauche-Gram ne récolte que 4,78 % mais remporte haut la main le 1er arrondissement.

Et un, et deux, et trois mandats. Ce dimanche soir, Gérard Collomb, qui était donné favori, a été réélu à la tête de la mairie de Lyon et s’apprête donc à entamer un troisième mandat consécutif. Avec 50,65% des voix, le maire socialiste sortant devance le candidat UMP-UDI Michel Havard (34,23 %) et le frontiste Christophe Boudot (10,34%).

Ces résultats viennent confirmer la tendance apparue au soir du premier tour. En effet, les listes "Evidemment Lyon" de Gérard Collomb sont arrivées en tête dans les IIIe, IVe, Ve, VIIe, VIIIe et IXe arrondissements.

Michel Havard chute dans son arrondissement

"C’est une grande victoire, a-t-il lancé lorsqu’il est arrivé à sa permanence de campagne sous les applaudissements. Nous l’avons même emporté dans le Ve arrondissement, celui de Michel Havard, s’est-il réjoui. Vu le contexte national, nous avons résisté."

La droite, elle, remporte comme attendu le IIe arrondissement en plus du VIe qu’elle avait arraché au premier tour la semaine dernière. Michel Havard , plombé notamment par les bons scores du Front Natrional, n’aura donc pas réussi le pari de l’emporter, et chute même dans "son" Ve arrondissement.

"Si je respecte le choix des Lyonnaises et des Lyonnais, je n’en reste pas moins inquiet pour ma ville car la majorité socialiste et verte est profondément divisée sur de nombreux projets vitaux pour Lyon, a-t-il annoncé. Nous aurons l'occasion d'en reparler sans doute plus vite que prévu, j’en suis malheureusement convaincu..."

Nathalie Perrin-Gilbert gagne son pari

Quant à Christophe Boudot , il s’est avant tout délecté du "retour du Front National au Conseil municipal." "Nous avons même douze élus d’arrondissement", a-t-il lancé. Elu dès le premier tour en 2008, Gérard Collomb, en place depuis 2001, était cette fois parti seul avant de s’allier aux écologistes entre les deux tours, a cette fois eu besoin de deux manches pour s’imposer.

Le maire de Lyon aura aussi échoué à faire tomber sa meilleure ennemie Nathalie Perrin-Gilbert (liste Front de Gauche-Gram, 4,78%) dans le Ier arrondissement (44%), ne s’offrant donc "que" six arrondissements sur neuf au lieu de sept il y a six ans.

"L'absence d'alliance électoraliste , la cohérence de notre programme, notre ténacité et la clarté de notre discours entre les deux tours a fait la différence", s’est félicitée "NPG" à l’annonce des résultats. Au final, s’il a eu "quelques appréhensions" sur l’impact éventuel de la "vague bleue", Gérard Collomb n’aura jamais vraiment tremblé dans sa reconquête de la ville. Pour le Grand Lyon, ce sera peut-être une autre histoire.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter