Ces nouveaux ministres aux tweets gênants, entre homophobie et attaques anti-Macron , "le candidat sans projet"

PASSIF - Bruno Le Maire et Gérald Darmanin sont devenus des ministres du gouvernement Edouard Philippe I. Si les deux hommes ont régulièrement marqué leur opposition à Emmanuel Macron, ils ont probablement dû raviser leurs jugements lorsqu'il a été question qu'ils intègrent son équipe. Le problème, c'est qu'internet, et a fortiori Twitter, n'oublie rien... Voici quelques tweets que les débauchés devraient supprimer.

Le gouvernement Philippe vient d'être annoncé, et parmi les nouveaux ministres nommés, on connaît certaines têtes, d'autres un peu moins. Mais surtout, comme Emmanuel Macron l'avait promis, ses ministres viennent de tous horizons. Quitte à avoir été en délicatesse avec certains d'entre eux au cours de son passage au gouvernement sous Hollande ou avec son programme présidentiel. 


Marielle de Sarnez, François Bayrou, Bruno Le Maire ou encore Gérald Darmanin ont tous eu une petite vacherie à lâcher sur l'ancien ministre de l'Économie. Ils l'ont notamment fait sur leur compte Twitter, et fort heureusement, internet n'oubliant jamais rien, nous avons exhumés quelques postes qu'ils aimeraient probablement aujourd'hui ne jamais avoir écrit. 

Un candidat sans projet car sans convictionBruno Le Maire

Pour Gérald Darmanin, désormais ministre de l'Action et des Comptes publics, les réformes engagées par François Hollande sont néfastes et il ne fallait pas faire confiance au gouvernement qui avait nommé Macron à l'Economie. 

Pour Bruno Le Maire, nouveau locataire de Bercy, Emmanuel Macron n'avait, en février dernier, pas de projet ni de conviction.

François Bayrou, qui a pourtant soutenu Macron durant la campagne présidentielle, n'est pas en reste. Il est le principal responsable de la politique de François Hollande, les intérêts financiers derrière le nouveau président de la République, incompatibles avec l'impartialité exigée par la fonction publique... Non, vous ne rêvez pas : le nouveau ministre de la Justice nommé n'aimait pas tellement Emmanuel Macron, il y a quelques mois. 

Entre la Loi travail et la Loi Macron, Marielle de Sarnez, nommée aux Affaires européennes, semblait partagée, à l'époque, sur ces deux textes portés par l'ancien ministre de l'Économie. 

En cette journée de lutte contre l'homophobie, on se souvient (merci internet, toujours) que Gérald Darmanin s'était illustré par son opposition au mariage homosexuel, à l'époque des débats qui avaient agité l'Assemblée nationale et le pays.

Bref, si ce gouvernement veut avancer ensemble et mettre en place le programme du nouveau président, vous l'aurez compris, il va falloir que ses membres fasse table rase du passé pour aller de l'avant. En marche, bien sûr...

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Plus d'articles

Sur le même sujet