"Une réforme néfaste" : quand les tweets du nouveau ministre Gérald Darmanin contre le mariage pour tous refont surface

PASSION ARCHIVES - Gérald Darmanin, nouveau ministre de l'Action et des Comptes publics, assurait en 2013 que, lui maire de Tourcoing, il "ne célébrera pas personnellement de mariages entre 2 hommes et 2 femmes".

Twitter a une mémoire d'éléphant. Il garde en stock tous les anciens tweets, y compris ceux qui potentiellement peuvent se révéler embarrassants dans un futur plus ou moins proche. Ce mercredi 17 mai, alors qu'était dévoilée la composition du gouvernement Philippe, ce sont les anciens gazouillis de Gérald Darmanin, maire LR de Tourcoing et désormais ministre de l'Action et des Comptes publics, qui refont surface.


On y retrouve notamment, au début de l'année 2013,  des réactions outrées à la loi Taubira autorisant le mariage entre personnes de même sexe. Et alors qu'Emmanuel Macron - même s'il juge que les militants de la Manif pour Tous ont été "humiliés" - ne compte pas revenir sur cette loi, percevant "le mariage pour tous" comme un "acquis fondamental", Gérald Darmanin, lui, se montre bien plus conservateur. 

"La loi Taubira sera abrogée"

Il consacre même une note de son blog "darmanin2012", aux "7 péchés du texte ouvrant le mariage et l'adoption par les couples homosexuels". Et estime, entre autres, que "les musulmans, qui à plus de 90% selon certains sondages, ont voté pour la gauche, se sentent aujourd'hui humiliés d'avoir voté pour un président de la république qui n'a pour seule réforme que de permettre aux couples homosexuels de se marier et d'adopter des enfants".

Une position confirmée l'année suivante, en 2014, lorsque Gérald Darmanin déclare sur BFM TV : "La loi Taubira sera abrogée." Il s'exprime alors en tant que porte-parole de Nicolas Sarkozy, et entérine la position de l'ancien président : "Il a dit qu'il était pour une abrogation, c'est-à-dire pour une réécriture profonde de la loi Taubira, et il n'a pas changé."


Au gouvernement vient également de faire son entrée Gérard Collomb, maire de Lyon, qui s'est lui aussi montré sceptique quant au mariage pour tous. En 2012, il avait ainsi expliqué en interview s'être "longtemps interrogé sur le mariage homosexuel", ajoutant : "Je ne suis pas sûr que mes amis homosexuels veulent obligatoirement se marier." 


Autant dire que le retour, en ce jour de nomination, de ces anciennes prises de position tombent mal : ce 17 mai marque la journée mondiale de lutte contre l'homophobie. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Plus d'articles

Sur le même sujet