Grand Jury : Laurent Berger (CFDT) demande au gouvernement de prolonger les négociations sur la réforme du travail

GAGNER DU TEMPS - Le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger était l'invité du Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro dimanche. Le syndicaliste demande au gouvernement de retarder ses ordonnances portant sur la réforme du travail.

Des ordonnances, oui, mais pas durant les congés d'été. Invité dimanche du Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro, Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, a demandé au gouvernement de retarder la réforme du travail promise par Emmanuel Macron afin de laisser du temps à la négociation. 


Initialement prévues pour le mois d'août ou la rentrée scolaire, ces ordonnances comportent notamment les mesures visant à donner la primauté aux accords d'entreprise sur le code du travail sur de nombreux sujets comme les heures supplémentaires ou les congés. Si la CGT se montre hostile à cette réforme, sur le fond comme sur la forme, la CFDT se montre prête à discuter sur tous les sujets. A conditionner de se donner du temps : 

J'ai dit au président de la République que le délai me paraissait trop contraint et qu'il fallait le repousser. Les ordonnances en août, c'est précipité. C'est un sujet que l'on va aborder demain avec le Premier ministreLaurent Berger

Pour le patron de la CFDT, l'enjeu est de permettre aux syndicats d'apporter des "contre-propositions" jusqu'à la fin du mois de septembre, "ou début octobre". Un délai supplémentaire qui permettrait "de regarder ce qui doit être traité dans le code du travail, au niveau de la branche ou au niveau de l'entreprise". 


Si la CFDT se montre ouverte sur plusieurs aspects de la réforme, dont la place de la représentation syndicale dans l'entreprise - "Emmanuel Macron a exprimé la volonté de redonner du poids aux représentants du personnel", estime Laurent Berger -, d'autres sujets font l'objet d'un désaccord. C'est le cas de l'instauration d'un barème d'indemnisation aux prud'hommes pour le licenciement d'un salarié, à laquelle le syndicat s'oppose "par principe". "Je crois à une justice qui répare l'intégralité du préjudice subi", plaide Laurent Berger. Qui indique toutefois que "si cette barémisation doit se mettre en place, la CFDT veillera à ce que cela se fasse le mieux possible". 


Les concertations avec les partenaires sociaux sur cette délicate réforme du travail par ordonnances se poursuivent à partir de lundi à Matignon, en présence d'Edouard Philippe et de sa ministre du travail Muriel Pénicaud.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter