Grenoble : quand Taubira en rajoute à l'imbroglio PS-Verts

Grenoble : quand Taubira en rajoute à l'imbroglio PS-Verts

DirectLCI
ELECTIONS - Ayant "raté son train", la garde des Sceaux n'a pas pu venir soutenir jeudi le candidat écologiste Eric Piolle à Grenoble. Un acte manqué qui arrange bien certains socialistes, rétifs à soutenir celui qui est arrivé en tête du premier tour des municipales dimanche dernier.

C'est un fâcheux contretemps. La ministre de la Justice Christiane Taubira, qui devait se rendre à Grenoble jeudi après-midi pour y soutenir le candidat écologiste Eric Piolle en vue du second tour des municipales, a raté son train. Un simple problème d'agenda chargé, a invoqué la Chancellerie. Mais dans l'imbroglio qui agite la gauche grenobloise depuis une semaine , difficile de ne pas y voir un acte manqué, voire une reculade socialiste...

Tout s'est noué dimanche dernier, au soir du premier tour des élections municipales. A la surprise générale, c'est le candidat écolo, Eric Piolle, qui arrive en tête (29,41%) devant le socialiste Jérôme Safar, dauphin du maire sortant (25,31%). Une quadrangulaire se profile donc avec l'UMP, arrivé troisième, et le FN, également qualifié. Comme c'est la règle dans ces cas-là, le parti de gauche arrivé en seconde position doit alors se désister au profit du premier. Mais le socialiste refuse de s'y plier et décide de maintenir sa candidature . Pour ne pas risquer une victoire de l'UMP, Solférino tranche (péniblement) en lui retirant son investiture. Sans toutefois appeler clairement à voter pour le candidat écologiste.

PS local contre PS national

Depuis, la guerre entre le PS local et le PS national est déclarée. Le maire socialiste sortant, Michel Destot, et la fédération PS de l'Isère persistent à soutenir Jérôme Safar et pensent qu'il a encore de bonnes chances de l'emporter. Avant le premier tour, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls était venu le soutenir en personne. Dans le camp écologiste, l'appel à Christiane Taubira entre les deux tours n'était donc pas innocent. "Pourquoi Taubira ce soir ? Réponse d'un colistier de Piolle : 'parce que c'est l'anti Valls dans le gouvernement'", a ainsi tweeté un journaliste du Dauphiné Libéré.

Après le train raté, les écolos devront donc se contenter, en guise de soutien du PS, d'une lettre de la ministre de la Justice adressée à Eric Piolle. Elle lui exprime son "soutien dans ces derniers jours de campagne, pour porter l’espoir de celles et ceux qui veulent de toutes leurs forces revivifier la politique". Une volonté qui n'est clairement pas partagée par tous ses camarades.

Plus d'articles

Sur le même sujet