Il est le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron : de l'ENA à la gestion des manifs contre la loi El Khomri, retour sur le parcours de Patrice Strzoda

Il est le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron : de l'ENA à la gestion des manifs contre la loi El Khomri, retour sur le parcours de Patrice Strzoda
Élections Européennes 2019

Toute L'info sur

La présidence Macron

BRAS DROIT - Tout juste nommé directeur de cabinet d'Emmanuel Macron, Patrice Strzoda chapeautera notamment les questions régaliennes pour le nouveau président. Mais qui est cet homme de 65 ans, passé par les préfectures des Hauts-de-Seine, de Corse et de Bretagne ?

Il sera l'un des collaborateurs privilégiés d’Emmanuel Macron. Nommé directeur de cabinet du nouveau président de la République, Patrice Strzoda a souvent été confronté à la grogne sociale lors de son parcours préfectoral. Après avoir été successivement préfet des Hauts-de-Seine (2009-2011) et préfet de Corse (2011-2013), il assure la fonction de préfet de la région Bretagne de 2013 à 2016. Une période houleuse marquée notamment par les coûteuses dégradations engendrées par les manifestations d’agriculteurs dénonçant l’effondrement de leurs revenus en février 2016. 

Deux mois plus tard, il doit faire face à une vive polémique. En marge d’une manifestation organisée à Rennes le 28 avril, un étudiant est touché par un tir de lanceur de balle de défense (LBD40) et perd l'usage de son œil gauche. "Or, le Préfet a toujours démenti avoir fait utiliser ce type d’arme", estime une co-responsable des Jeunes communistes de Rennes citée par L’Humanité. Sous couvert d'anonymat, elle considère que le préfet a organisé "une violente répression" contre les manifestants, évoquant notamment des "jets de cartouches de gaz lacrymogènes à tir tendu, parfois même jetées n’importe où y compris dans le métro, des coups de matraques, des tirs de flashball au-dessus de la ceinture". 

Interrogé le 30 avril 2016, Patrice Strzoda avait évoqué la présence ce jour-là d'une centaine d'individus hostiles, masqués, armés de barres de fer et munis de projectiles divers "parmi lesquels une ancre marine, des billes d'acier, des bouteilles remplies de liquides inflammable, des mortiers d'artifice, des bombes agricoles".  En réaction, il avait "donné l'ordre aux forces de sécurité, après les sommations d'usage, de disperser cet attroupement armé", s'était-il notamment justifié. 

Lire aussi

En vidéo

Élections législatives : qui sont les candidats de la "génération Macron" ?

Il n’a aucun ennemi- un ancien collègue préfet

Le Monde, en dressant son portrait, affirme qu’il "fit respecter l’ordre d’une main de fer au moment des manifestations contre la loi El Khomri". Et le quotidien du soir de relayer les louanges d’un ancien collègue préfet : "Il est extrêmement apprécié dans le corps. Personne n’en dira du mal car il n’a aucun ennemi. Manuel Valls l’adore, Bernard Cazeneuve l’adore. Et apparemment, Emmanuel Macron l’avait repéré aussi". 

Pour mémoire, Patrice Strzoda est passé par l’ENA de 1983 à 1985 (promotion Léonard de Vinci, comme François Asselineau). Dans la foulée, il devient directeur de cabinet du préfet de Dordogne en 1985. Sept ans plus tard, il est à la tête du comité d’organisation des Jeux olympiques d’Albertville. Date à laquelle il est aussi nommé secrétaire général de la préfecture de la Drôme. Après un passage aux relations publiques du ministère de l’Intérieur, il devient préfet des Hautes-Alpes en 2002 puis préfet des Deux-Sèvres en 2004. 

En 2005, il est nommé directeur général des services du conseil général de la Savoie. En 2008, il assure la direction de l’Office public d’aménagement et de construction du Rhône. Après plusieurs expériences préféctorales - évoquées plus haut -, il devient en avril 2016 directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve. Il occupera la même fonction quand le locataire de la place Beauvau deviendra Premier ministre en décembre dernier

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter