Polémique sur l'autisme : François Fillon pourrait rencontrer les associations de familles

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
APAISEMENT - "Je ne suis pas autiste." En répétant cette phrase dimanche soir sur France 2, François Fillon a déclenché une polémique, avec plusieurs saisines du CSA. Pour tenter de calmer le jeu, il pourrait rencontrer prochainement les associations.

François Fillon tente d'éteindre les incendies les uns après les autres. Après avoir imposé le maintien de sa candidature à son camp, il souhaite répondre aux associations et aux familles d'autistes qu'il a pu choquer il y a deux jours.


Dimanche soir, sur France 2, le candidat de la droite avait répété à plusieurs reprises "Je ne suis pas autiste", pour montrer qu'il restait attentif à ce que les responsables de sa famille politique lui disaient sur les dégâts causés par l'affaire dans laquelle il est visé. La formule avait immédiatement déclenché les foudres sur les réseaux sociaux et une saisine du Conseil supérieur de l'audiovisuel par SOS Autisme. Mardi, le CSA avait déjà reçu 55 signalements. 

Une rencontre possible

Selon nos informations, le candidat pourrait prendre le problème à bras-le-corps en proposant aux associations de familles de les rencontrer prochainement. Un communiqué devrait être publié dans ce sens.

Les défenseurs de François Fillon avaient rappelé ces derniers jours que le candidat, lorsqu'il était Premier ministre, avait fait de l'autisme une "Grande Cause Nationale" en 2012, et que son épouse, Penelope, était engagée personnellement sur ce sujet. Mais pour l'association Autisme France, si François Fillon "n'a pas choisi d'agresser et de stigmatiser sciemment les 650.000 personnes autistes françaises et leurs familles, il s'est fait écho de la méconnaissance totale de l'autisme en France". Elle concluait : "On ne choisit pas les mots par hasard".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

Sur le même sujet

Lire et commenter