Jacques Chirac, Edouard Balladur, Lionel Jospin : trois Premiers ministres candidats à l'Elysée, trois échecs

Jacques Chirac, Edouard Balladur, Lionel Jospin : trois Premiers ministres candidats à l'Elysée, trois échecs

FLASH-BACK - Après le renoncement de François Hollande à être candidat à l'élection présidentielle de 2017, tous les regards sont tournés vers Manuel Valls, qui n'a pas caché son envie de se présenter. S'il devait être candidat tout en étant Premier ministre, la situation ne serait pas inédite sous la Ve République. Avant lui, trois locataires de Matignon ont tenté l'expérience. Et s'y sont cassé les dents.

Puisque François Hollande n'ira pas, Manuel Valls devrait être  logiquement candidat à l'élection présidentielle de 2017. La question est de savoir s'il restera à Matignon tout en menant campagne. Avant lui, les trois locataires de Matignon qui se sont présentés sans démissionner ont tous échoué. L'histoire plaide donc pour un départ de Manuel Valls. Retour sur les campagnes de Jacques Chirac, Edouard Balladur et Lionel Jospin.

Toute l'info sur

2017 : la bataille de la gauche

Jacques Chirac

En 1988, Jacques Chirac, Premier ministre de "cohabitation" de François Mitterrand depuis 1986 et la large victoire de la droite aux législatives, décide de se présenter à l’élection présidentielle. Il annonce sa candidature le 16 janvier lors d’une allocution télévisée enregistrée depuis Matignon. "En 1986, j’ai accepté d’être le chef du gouvernement pour entreprendre sans retard le redressement nécessaire de notre pays. (…) La tâche n’était pas facile, pourtant nous avons travaillé et dans beaucoup de domaines, nous avons réussi. Aujourd’hui les conditions sont réunies pour franchir une nouvelle étape. Comme vous bien sûr, je suis ambitieux pour la France." Face à lui, François Mitterrand attendra le 22 mars -soit un mois avant le premier tour, fixé au 24 avril- pour confirmer sa candidature. 

Au premier tour, Jacques Chirac paye le morcellement de la droite et recueille 19,96% des voix, contre 34,11% pour le président sortant. Entre les deux tours, François Mitterrand prend largement le dessus sur son Premier ministre lors du débat télévisé. A Jacques Chirac qui l’appelait "Monsieur Mitterrand" et non pas "Monsieur le président", il répondra : "Vous avez tout à fait raison, Monsieur le Premier ministre". Au second tour, François Mitterrand est réélu haut la main avec 54,02% des voix. Jacques Chirac n’en obtient que 45,98%. 

Edouard Balladur

En 1995, Edouard Balladur se présente alors qu’il est le Premier ministre de François Mitterrand, là aussi lors d'une cohabitation. Il annonce sa candidature le 18 janvier 1995 lors d'une intervention télévisée enregistrée et diffusée à 13h. Poussé par les sondages, où il est largement en tête -au point que certains commentateurs vont même jusqu'à pronostiquer une victoire au premier tour s'il était le candidat unique de la droite-, il rompt ainsi le "pacte" passé avec Jacques Chirac, alors maire de Paris. Selon cet arrangement, c’est ce dernier qui devait se présenter à l’élection présidentielle, en échange d’avoir laissé Edouard Balladur diriger Matignon en 1993 après la victoire de la droite aux législatives. 

Au début de la campage, Chirac, candidat malgré tout, bénéficie du soutien du RPR quand Balladur a celui de l’opinion. Mais celui-ci ne réussit à pas sortir de ses habits de Premier ministre tandis que  le "bulldozer" Chirac inverse la tendance en février avec sa théorie de la "fracture sociale". Au premier tour, il recueille 18,58%, contre 20,84% pour Jacques Chirac, et 23,30% pour Lionel Jospin. Le soir des résultats, il appelle à voter pour le président du parti au second tour. C’est là, alors que les huées de ses partisans se font entendre, qu’il lâche le fameux : "Je vous demande de vous arrêter".

Lionel Jospin

En 2002, le Premier ministre Lionel Jospin se présente face à son président Jacques Chirac, toujours dans le cadre d'une cohabitation. L’annonce est faite en février 2002 via une dépêche AFP indiquant : "Lionel Jospin candidat à la présidence de la République". Mais sa mauvaise campagne et l'émiéttement des voix de gauche entre plusieurs candidats lui vaut d’être éliminé au premier tour du scrutin, devancé par Jacques Chirac (19,88%) et surtout Jean-Marie Le Pen (16,86%). A la suite de cet échec, le socialiste décide de se retirer de la vie politique.

En vidéo

Présidents et premiers ministres, 50 ans de conflits

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

EN DIRECT - Covid-19 : pas de fêtes du Nouvel An à Rio de Janeiro

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Vaccin : au bout de combien de temps mon pass sanitaire est-il actif après la 3e dose de rappel ?

Norvège : une fête d'entreprise vire au probable foyer du variant Omicron, la moitié des convives infectés

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.