Jean-Claude Gaudin, le débat et les "pieds nickelés"

Jean-Claude Gaudin, le débat et les "pieds nickelés"

DirectLCI
MUNICIPALES – Comme avant le 1er tour, le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, candidat à sa succession à décider de ne pas débattre avec ses adversaires avant le 2ème tour.

La décision est tombée par voie de communiqué. Lundi soir, le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, a annoncé, comme avant le 1er tour , qu’il refusait de participer à un débat télévisé avec ses adversaires avant le 2ème tour des élections municipales à Marseille. Une décision qu’il motive par sa volonté "d’élargir le rassemblement des Marseillais". Dimanche soir, Jean-Claude Gaudin a obtenu 37,64 % des suffrafes devant le FN (23,16 %) et le PS (20,77 %)

Sur France Inter, le candidat, a précisé sa pensée sur ce refus. "Pourquoi voulez-vous que je fasse un débat avec M. Mennucci et M. Ravier ? L'un, je le distance de 14 points, et l'autre de 17 points". "Qu'est-ce que vous voulez que j'aille faire avec ces pieds nickelés, qu'est-ce que j'ai besoin de leur dire ?", s’interroge-t-il. "Un débat à deux, je l'aurais sans doute accepté, mais c'est un débat à trois. Deux types contre moi qui disent que tout ce que j'ai fait est pourri !", ajoute-t-il.

"C’est navrant"

"Depuis le début, Jean-Claude Gaudin fuit le débat, il ne veut pas qu'on le contrarie. Recevoir son dépôt de bilan lors d'un débat l'aurait sans doute conduit à une attitude moins ronde que celle qu'il veut bien donner. La moindre des choses, après 19 ans de mandat, c'est de rendre des comptes. C'est navrant, mais cela ne m'étonne pas", a regretté le candidat du Front national Stéphane Ravier.

Autre motif pour le candidat socialiste, Patrick Mennucci. « La réalité, c'est que Jean-Claude Gaudin n'assume pas son alliance scélérate avec Jean-Noël Guérini sur laquelle il a peur de devoir s'expliquer devant les Marseillais. Depuis des mois, le maire de Marseille a menti sur ses relations avec le président du Conseil général multi-mis en examen, notamment pour association de malfaiteurs".
 

Plus d'articles

Lire et commenter