Jean-Luc Mélenchon est candidat aux législatives, et ce sera à Marseille

J'Y VAIS - Le candidat de la France insoumise, fort de ses sept millions de voix à l'élection présidentielle, se présentera aux élections législatives, a-t-il annoncé le 10 mai sur le plateau de BFMTV. Plus tard dans la journée, il a adressé une lettre aux militants "Insoumis" pour confirmer sa candidature dans la 4e circonscription de Marseille.

Cinq ans après sa défaite à Hénin-Beaumont, face au socialiste Philippe Kemel et à la frontiste Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon retente sa chance aux élections législatives, mais ailleurs. Le quatrième homme de l'élection présidentielle, qui avait réuni un peu plus de sept millions de voix le soir du 23 avril, l'a confirmé au micro de Jean-Jacques Bourdin, mardi 10 mai : "Les amis ont dit : 'Tu ne peux pas aller dire aux gens 'Nous repartons à la bataille, nous allons être majoritaires aux élections législatives et tout le monde y est sauf toi, ça ne tient pas debout', donc il faut y aller. [...] Marseille est dans la courte liste. L'affaire n'est pas dite. [...] C'est assez probable".

La confirmation ne s'est fait attendre. En début d'après-midi, Le Monde a fait était d'un courrier adressé aux militants marseillais où le leader de La France insoumise confirmait sa candidature dans la 4e circonscription, où le socialiste Patrick Mennucci cherche à se faire réélire. 


Marseille est une ville où il avait réuni près de 70.000 personnes, quelques jours avant le premier tour, sur la plage du Prado, alors qu'il surfait sur une intéressante dynamique sondagière. Une ville où il a par ailleurs recueilli près de 25% des voix, devançant Marine Le Pen et Emmanuel Macron. Mais où il n'a aucune attache, ce qui ne lui pose pas de problème : "Je suis partout chez moi, la France est ma patrie !" Sitôt l'annonce faite, le rival Patrick Mennucci a dénoncé un "parachutage" tout en estimant que le choix de sa circonscription, où le FN et la droite ont peu de chance de parvenir au second tour est une "clarification" : Jean-Luc Mélenchon aurait pour priorité l'affrontement "gauche contre gauche". 

En vidéo

A Marseille, Jean-Luc Mélenchon demande une minute de silence

Avec le PCF, un dialogue de sourds

Le champion de La France insoumise a saisi l'opportunité pour refaire un point sur le récent échec d'un accord législatif avec le Parti communiste français en vue du rendez-vous législatif. Un sujet d'importance, tant les chances sont minimes pour la gauche opposée à Emmanuel Macron d'obtenir un nombre de députés conséquents si elle reste divisée. Une division dont Jean-Luc Mélenchon ne veut pas porter la responsabilité, la renvoyant même à Pierre Laurent, patron du PCF, qui affirmait ce mercredi que "les dirigeants de France insoumise privilégient manifestement un intérêt de recomposition partisane à la possibilité d'une ample victoire". 


"Pierre Laurent ment", a répondu Jean-Luc Mélenchon. "Nous avons fait six réunions [pour trouver des accords de désistements mutuels dans les 577 circonscriptions, ndlr], on s'était dit : 'On se retrouve demain on en parle pas à la presse', et il fait une conférence de presse [...] Il y a plus de 10 candidats communistes investis. Nous étions d'accord pour réinvestir sept députés, dont plusieurs, y compris monsieur Chassaigne, ne m'avaient pas parrainé. Et ces gens-là viennent m'insulter et dire que je suis coupable de toutes les divisions."


Et de rappeler quelques différences programmatiques de taille entre les communistes et la France insoumise : "Il faut respecter les électeurs, ils veulent sortir du nucléaire [...] ils ont voté pour une Constituante, les communistes n'en veulent pas." Dans ces conditions, que peuvent espérer Jean-Luc Mélenchon et son mouvement lors du prochain scrutin ? Leur candidat est arrivé en tête dans 67 circonscriptions, le 23 avril. Cela se traduira-t-il en voix ? Le député européen pense, de son côté, que les 5 points qui le séparaient d'Emmanuel Macron le soir du premier tour étaient facilement rattrapables. Le mantra reste le même : se rassembler pour s'opposer au programme du "nouveau monarque présidentiel". 

Suivez toute l’actualité sur notre page dédiée à l’élection présidentielle


Découvrez comment votre commune a voté sur nos pages résultats de l’élection présidentielle

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Jean-Luc Mélenchon, l'"insoumis"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter