Jean-Luc Mélenchon dément avoir traité les communistes d'"abrutis"

Jean-Luc Mélenchon dément avoir traité les communistes d'"abrutis"

INDISCRET - Le président du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, aurait vivement critiqué le Parti communiste français, selon des déclarations rapportées par le magazine "Le Point". Le candidat à la présidentielle dément avoir tenu des propos insultants.

Climat tendu entre le Parti de gauche et le Parti communiste français. D'après des propos rapportés par le magazine Le Point, Jean-Luc Mélenchon s'en est vivement pris aux communistes. Interrogé à propos des 500 parrainages requis pour se présenter à l'élection présidentielle, l'homme s'est emporté. 

"Mes signatures, je les aurai sans les communistes et après, adieu !, a lancé Jean-Luc Mélenchon. Je n’aurai plus besoin d’eux, plus rien à négocier et le piège qu’ils m’ont tendu se refermera sur eux. Ces abrutis attendent la primaire de la gauche pour négocier des circonscriptions avec le PS, mais le PS sera dans un tel état qu’il n’y aura plus rien à négocier de ce côté-là non plus ! Qu’ils y réfléchissent bien à deux fois."

Toute l'info sur

2017 : la bataille de la gauche

"Pure invention", assure Jean-Luc Mélenchon

En effet, les communistes n'ont pas officiellement apporté leur soutien à Jean-Luc Mélenchon : ils ont finalement décidé d'annoncer en janvier seulement à quel candidat ils souhaitent se rallier.

Jean-Luc Mélenchon a toutefois rapidement démenti ces propos sur Facebook, les qualifiant de "pure invention", tandis que son entourage assurait au Lab qu'il n'avait "jamais tenu de tels propos". 

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    EN DIRECT - Covid-19 : 25.263 personnes hospitalisées, 301 décès en 24h

    Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

    EN DIRECT - Affaire des "écoutes" : "J’ai ressenti l’injustice profonde, choquante", explique Nicolas Sarkozy dans le Figaro

    Mesures de restriction : pourquoi Emmanuel Macron fixe-t-il un horizon de "4 à 6 semaines" ?

    Les 65-75 ans avec comorbidités "peuvent se faire vacciner" avec AstraZeneca, annonce Olivier Véran

    Lire et commenter