Le Drian explique pourquoi il soutient Macron et pas Hamon

RALLIEMENT DE POIDS - Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a confirmé dans un entretien publié vendredi dans Ouest-France son soutien à Emmanuel Macron. Il loue le "volontarisme" et le "pragmatisme" du candidat d'"En Marche !", mais confirme qu'il reste "socialiste".

"Je soutiens Emmanuel Macron pour plusieurs raisons", explique Jean-Yves Le Drian dans une interview à Ouest-France parue vendredi. "Comme la majorité des Français, je refuse que le choix de l’élection présidentielle se réduise à un choix entre l’extrême droite et une droite dure. Je ne me résous pas non plus à ce que la candidate du Front national soit en tête au premier tour. Devant les menaces qui existent et pour la capacité de la France à agir dans le monde, nous ne pouvons pas prendre ce risque", continue-t-il.


"Emmanuel Macron est pour moi le seul qui porte les valeurs qui sont les miennes dans ce cadre-là. L’Europe, c’est mon histoire. (...) Emmanuel Macron est pragmatique, réaliste, capable de proposer une Europe créatrice, une Europe qui protège, une Europe de la solidarité", affirme encore le ministre de la Défense, dans le quotidien régional.

Il propose des actions réalistes et financéesJean-Yves Le Drian

Le président de la région Bretagne explique aussi se retrouver sur six chantiers proposés par Emmanuel Macron : "l’éducation, la société au travail, l’économie, la sécurité, le renouveau démocratique et la défense de la France à l’international". "Il allie le volontarisme - refuse l’inaction, la rente, le déclinisme - et le pragmatisme en proposant des actions réalistes et financées." 


Jean-Yves Le Drian montre également la ressemblance entre sa gestion de sa région et ce que souhaite Emmanuel Macron : "En Bretagne, j’ai souhaité que la majorité, soit diverse, plurielle, intégrant la société civile, et que l’action publique soit à la fois dans le volontarisme et dans la recherche du compromis. (...) Il y a une forme de similitude avec la volonté de rassemblement, de dépassement, qu’évoque Emmanuel Macron."

Un soutien qui passe mal dans le camp Hamon

Le ministre de François Hollande précise au cours de l'entretien qu'il reste socialiste et n'est pas membre d’"En Marche !". Il explique pourquoi il n'a pas souhaité soutenir Benoît Hamon. Il "est dans une logique que je respecte, qui a toujours existé au sein de la gauche, un projet utopique, mais je constate que la mise en œuvre d’un tel projet ne correspond pas à la réalité des faits et à la capacité à faire." Ce ralliement a été vivement critiqué par les porte-paroles de Benoît Hamon. "Elu député par les électeurs de gauche depuis 40 ans, Jean-Yves Le Drian ne respecte pas le vote des électeurs de gauche qui, y compris dans le Morbihan, ont largement désigné Benoît Hamon comme leur candidat pour cette élection présidentielle. Il n'est pas acceptable, en démocratie, que des responsables politiques ne s'accommodent du vote des électeurs que lorsque celui-ci leur convient" écrivent-ils dans un communiqué.

En vidéo

Lebranchu sur le ralliement de Le Drian à Macron : "Un coup politique"

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Emmanuel Macron dans la course à l'Elysée

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter