#JeSoutiensLaPolice : comment Le Pen et les candidats à la présidentielle tentent de récupérer la colère des policiers

SOUTIEN INTÉRESSÉ - Marine Le Pen, candidate du FN à la présidentielle, a publié mercredi soir sur Twitter un long message de soutien aux fonctionnaires de police. Depuis le début du mouvement de colère dans la profession, #JeSoutiensLaPolice est devenu l'un des hashtags préférés des politiques en campagne.

Ils soutiennent tous la police. Depuis le début du mouvement de colère dans la profession après l'agression violente de deux fonctionnaires à Viry-Châtillon le samedi 8 octobre, les candidats à la présidentielle et leurs soutiens tentent de s'emparer du sujet. Sous le hashtag #JeSoutiensLaPolice, nombreux sont ceux, à droite, à rebondir sur ces manifestations pour taper sur le bilan du gouvernement en matière de sécurité.


Mercredi soir, la candidate du Front national, Marine Le Pen, a même publié une vidéo de 6 minutes dans laquelle, face caméra, elle s'adresse solennellement aux fonctionnaires de police.  

Chers compatriotes fonctionnaires de police, votre mécontentement n’est pas seulement légitime, il est sainMarine Le Pen

"Si je m'adresse à vous, c'est pour vous dire combien nous vous comprenons et vous soutenons dans les moments difficiles que vous traversez", explique la présidente du FN aux fonctionnaires. Accusant le gouvernement, qui, selon elle, les "abandonne avec des moyens dérisoires", elle égrène quelques propositions de campagne comme la hausse des "moyens humains et matériels" ou encore "la révision des situations individuelles", c'est-à-dire la revalorisation des salaires.


Un soutien qui a fait dire au patron du PS, Jean-Christophe Camdadélis, qu'il y avait "la patte" du FN derrière les manifestations nocturnes des forces de l'ordre. Ces propos ont soulevé une très forte polémique. D'autant que le mouvement de la profession est également relayé activement par d'autres personnalités politiques. 

La droite partage le même hashtag

C'est le cas notamment du député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti, soutien de Nicolas Sarkozy à la primaire de la droite et du centre.  Mercredi soir, il a tweeté, toujours sous le même hashtag, une vidéo de la manifestation des policiers à Nice. 

Soutien de François Fillon à la primaire, le sénateur Bruno Retailleau s'est lui aussi fendu d'un message #JeSoutiensLaPolice, jugeant que "l'ADN de la gauche ne lui permettra pas de répondre aux attentes de la police". 

"Respect, considération, soutien", a également témoigné François Fillon sur son compte Twitter. Quant à Bruno Le Maire, le challenger de la primaire à droite, il utilise le désormais fameux hashtag pour... critiquer Nicolas Sarkozy, qui avait supprimé sous son quinquennat des milliers de postes de fonctionnaires de police. 

Plus sobrement, Alain Juppé, le favori de la droite, en a fait son mot d'ordre pour "rétablir l'autorité de l'Etat et de nos forces de l'ordre partout en France pour garantir la sécurité au quotidien". "Nous devons être implacables face aux actes criminels contre nos policiers et gendarmes. L'autorité de l’État l'impose", a jugé pour sa part Nicolas Sarkozy. Sur Europe 1, jeudi matin, il a aussi estimé que, "chaque fois que l'on touche à ceux qui portent un uniforme, il doit y avoir une peine d'emprisonnement ferme".


Depuis le début du mouvement "spontané", l'exécutif,  visiblement inquiet du mouvement naissant, oscille lui-même entre le rappel à l'ordre de ceux qui défilent et la compréhension. Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, qui les a reçus mercredi soir, a d'ailleurs promis une concertation "approfondie" avec la profession. 

VIDEO - Manifestation de policiers : "Je comprends leur angoisse", déclare Manuel Valls

En vidéo

Manifestation de policiers : "Je comprends leur angoisse", déclare Manuel Valls

En vidéo

JT20H - Cazeneuve sur le ras-le-bol policier : "J'appelle chacun à la responsabilité"

En vidéo

JT 13H - "La coupe est pleine. Quel est notre avenir ? A quoi on sert ?" s'interroge un policier

Lire aussi

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Policiers brûlés à Viry-Châtillon

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter