Kechiche vote Estrosi : une association contre-nature à Nice ?

Kechiche vote Estrosi : une association contre-nature à Nice ?

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
DECRYPTAGE – Dans une interview accordée à "Nice Matin", le cinéaste Abdellatif Kechiche, auteur de "La Vie d'Adèle", confirme apporter son soutien au maire sortant UMP Christian Estrosi. Un duo un brin surprenant, même si les relations entre les deux hommes ne datent pas d'hier.

Sur le papier, l'association paraît étonnante. Et pourtant : dans une interview publiée ce lundi dans Nice Matin, le cinéaste franco-tunisien Abdellatif Kechiche confirme faire partie du comité du soutien du maire sortant UMP Christian Estrosi. En fin de semaine dernière, le réalisateur de La Vie d'Adèle avait envoyé ce SMS à Dominique Estrosi-Sassone, porte-parole de campagne et ex-épouse de l'élu : "Bonjour de Los Angeles Dominique, bien entendu vous pouvez me compter dans le comité de soutien de Christian. Amitiés à vous deux, Abdellatif."

La nouvelle avait suscité la perplexité de nombreux internautes, certains croyant même à un fake. Et pourtant. "Il est le seul capable de faire battre le Front National à Nice", se justifie Abdellatif Kechiche dans Nice Matin . Pour une mairie, "l'essentiel c'est la gestion", poursuite-il. Et d'après ce fils d'immigrés tunisiens, qui a grandi dans la cité des Moulins à partir de l'âge de six ans, Christian Estrosi a fait beaucoup "pour améliorer la vie dans les quartiers défavorisés".

Un people parmi tant d'autres ?

Abdellatif Kechiche n'est pas le seul "people" à soutenir le maire de Nice. Son comité de soutien comprend également l'écrivain Marek Halter, Daniel Benoin, l'ex-directeur du Théâtre national de Nice, l'ex-présentateur du Top 50 Marc Toesca, mais aussi les nageurs Yannick Agnel, Camille Muffat et Charlotte Bonnet, le champion de karaté Christophe Pinna ainsi que les joueurs de foot de l'OGC Nice Didier Digard et Éric Bauthéac.

De tous ces noms, c'est bien celui d'Abdellatif Kechiche qui étonne le plus. Sur les réseaux sociaux, on s'interroge sur la compatibilité supposée entre l'auteur de La Vie d'Adèle, un film qui célèbre l'amour entre deux jeunes femmes, et un homme politique opposé au mariage entre personnes de même sexe. Bref pour beaucoup d'internautes, le lauréat de la dernière Palme d'Or est forcément un homme de gauche. Vraiment ?

Quand Kechiche critiquait la droite

En relisant ses déclarations publiques, on serait en droit de répondre par l'affirmative. En 2010, dans une interview accordée à Metronews pour la sortie de Vénus Noire, l'intéressé déplorait à mots couverts le climat politique ambiant. "Depuis trois ou quatre ans, la parole raciste s’est libérée en France", nous expliquait-il, en évoquant, à mots couverts, le débat sur l'identité nationale. "Peut-être que tout ça résulte d’un calcul politique. Mais nos dirigeants ont-ils conscience des conséquences ?".

L'année suivante, dans une interview aux Inrocks, il affichait son soutien au printemps arabe... et encourageait la jeunesse française à en faire de même. "Je souhaite de tout mon être une longue vie à cette révolte populaire, qu’elle continue à faire des petits à travers le monde arabe, bien sûr, mais pas seulement", disait-il. "Je rêve de la voir se propager à toutes les dictatures, mais aussi à toutes les démocraties corrompues, partout où sévissent l’injustice sociale, le mépris et l’humiliation des hommes. Je rêve d’un soulèvement de nos banlieues."

Christian Estrosi, fan du cinéaste

Un rêve qui ne semble pas effrayer Christian Estrosi. Car entre les deux hommes, l'admiration ne date pas d'hier. Le soir de son élection, en 2008, le nouveau maire de Nice recevait déjà le réalisateur, fier de saluer un talent issu de l'immigration... comme lui. L'an dernier, l'édile avait été l'une des premières personnalités politiques à le féliciter pour sa Palme d'Or. Dans Nice Matin, le maire saluait ainsi "une récompense qui honore autant Abdellatif Kechiche que Nice et les Niçois de toutes origines". Il pourrait remettre le couvert le 28 février, au soir des Césars . Le cinéaste sera en effet en course pour son troisième trophée du meilleur film, après L'Esquive et La Graine et le Mulet.  

Lire et commenter