Le 3e secteur, le swing sector de Marseille

Le 3e secteur, le swing sector de Marseille

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
MUNICIPALES - Les candidats ont changé depuis la dernière élection, pas le suspense ni l’enjeu stratégique autour du 3eme secteur marseillais. Son basculement à gauche donnerait une option aux socialistes sur la victoire finale. Pour preuve la multitude de sondages sur ce seul périmètre. En 2008 déjà, la différence était faite ici.

C’est le secteur de tous les dangers. Les concurrents PS et UMP le savent bien, celui ou celle qui emportera la partie dans le 3eme secteur de Marseille donnera en quelque sorte les clés de la mairie à son chef de file. Ce périmètre comprend les 4eme et 5eme arrondissements. Et le suspense reste total entre Saint-Pierre et les Chartreux, où contrairement à certains secteurs l’issue est complètement incertaine.

Les sondages se multiplient. Le dernier en date donne les 2 concurrents au coude à coude . Une égalité parfaite au second tour entre UMP et PS dans une triangulaire avec le FN conduit par Jean-Pierre Baumann. La liste du sénateur-maire sortant Bruno Gilles est sous la menace d’une bascule face à Marie Arlette Carlotti pour les socialistes et EELV. Les précédents sondages donnaient d’ailleurs la ministre de Jean-Marc Ayrault gagnante d’une courte tête . Compte tenu des marges d’erreur, difficile pour autant d’en tirer un enseignement.

L’histoire se répète

Flashback, en 2008 lors du précédent scrutin, Jean-Claude Gaudin était réélu face à Jean-Noël Guérini. Dans le 3e secteur, c'est Renaud Muselier qui avait remporté la bataille face au candidat PS avec moins de 1000 voix d'avance. 

Candidats dans d’autres secteurs, les têtes de liste Jean-Claude Gaudin et Patrick Mennucci assisteront "de loin "au résultat de ce swing sector, ce secteur bascule comme aime le définir la tête de liste PS. Plus qu’ailleurs, le report des voix fait l’objet de spéculations des 2 côtés, notamment autour du vote Front de gauche. La candidate Isabelle Pasquet recueillerait ici 11% des suffrages. De quoi faire la différence.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter