VIDÉO - Le newsjacking, ou quand les marques s'emparent de l'entre-deux tours de l'élection présidentielle

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
COM' POLITIQUE - En cette période d’entre-deux-tours de l’élection présidentielle, les professionnels de la publicité rivalisent de créativité pour détourner l'actualité et mettre en avant leurs produits.

Surfer sur la Une des journaux pour arriver à placer un produit ou une marque, c’est une discipline connue en marketing : le newsjacking. L’objectif : détourner l’actualité pour mieux communiquer sur sa marque. Et évidemment, en cette période d’entre-deux-tours de l’élection présidentielle, les professionnels du secteur s’en donnent à cœur-joie.


Ainsi, un fabricant de verres à vin a eu la bonne idée de nommer une de ses collections de verres "Macaron", avec une campagne subtile intitulée "#Macaron2017, Votez pour la transparence". Très connu en France, Le Bon Coin a également profité de l’échéance présidentielle - que ce soit sur les réseaux sociaux ou même dans les rues - pour rappeler aux Français leur devoir citoyen. Spécialisée dans la revente de biens entre particuliers, l'entreprise a ainsi affiché le slogan : "Ecologie : ça fait longtemps que les Français sont en campagne", précisant que 32 millions de biens ont "évité la poubelle" en étant vendus sur Le Bon Coin en 2016.

Quand la sexualité s'invite dans l'élection

Une marque de préservatifs s’est également essayée aux jeux de mots sur l’élection en faisant place aux "ébats" de l’entre-deux-tours pour les "érections présidentielles 2017". Cette même marque avait d’ailleurs renommé les différents noms des partis politiques en lice. A cet exercice-là, l’entreprise de locations de véhicules Sixt n’est également pas en reste. Elle a notamment interpellé Emmanuel Macron en lui proposant de louer un véhicule avec un GPS intégré, sous-entendant que le candidat d’En Marche! a du mal à choisir entre la gauche et la droite. Idem pour Marine Le Pen, qui, si elle décide de "fermer les portes", pourra en revanche "ouvrir le toit", en référence à leur offre de location de cabriolet.


Juste avant le premier tour, PMU, qui propose des paris sportifs et hippiques toute l’année, affichait un slogan "Aujourd’hui, on s’en fiche des pronostics" sur Twitter, accompagné d’un texte : "Peu importent les pronostics, rien n’est encore joué. Dimanche 23 avril 2017, premier tour de l’élection présidentielle. N’écoutez que vos convictions. Votez. Pariez sur vous." En dehors des gros annonceurs, différentes boutiques se sont prêtées au jeu, comme un vendeur de costumes qui affichait sur sa vitrine "Vous avez un ami ? Nous avons les costumes !", en référence à la fameuse affaire impliquant François Fillon, ou encore "N’attendez pas les municipales pour prendre une veste".

Les déménageurs au taquet

Mais les plus impliqués dans cette activité de newsjacking sont sans aucun doute les déménageurs. Ainsi, le site desbrasenplus.com taquine les candidats à l’Élysée avec des petits jeux de mots comme "Pas Le Pen de déranger vos amis pour votre déménagement !" ou encore "Ne Mélenchon pas tout, déménageur c’est un métier de pro, pas un job d’été !". Même chose pour l’entreprise Déménager Facile, qui offre des déménagements pour quitter la France en cas de victoire de Marine Le Pen au second tour.


Enfin, le site JeChange.fr s’est chargé personnellement du "déménagement" certain de François Hollande, qui devra faire ses valises de l’Élysée dans quelques jours. "Notre Super Team se lance dans le déménagement le plus important de France" a ainsi été posté sur le compte Twitter de la société, avec un hashtag #FrançoisDéménage.

Plus d'articles

Lire et commenter