Le camp Hidalgo adopte la méthode Coué

Le camp Hidalgo adopte la méthode Coué

DirectLCI
REPORTAGE - L'ambiance était mitigée dans le camp de la candidate socialiste. Devancée par sa rivale Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP) au nombre de voix récoltées sur l'ensemble des arrondissements, Anne Hidalgo s'est voulue rassurante.

"Qui va gagner ? Hidalgoooo !" Il aura fallu l'intervention d'une vingtaine de jeunes soutiens, installés sagement en rang d'oignon derrière leurs pancartes, pour réchauffer l'ambiance studieuse et préoccupée du QG de campagne. Si les porte-parole d'Anne Hidalgo affichaient dimanche soir une certaine sérénité, les mines n'étaient pas des plus réjouies.

L'avance de NKM "ne signifie rien"

"Tout va bien, assurait pourtant Jean-Louis Missika, porte-parole de la socialiste. Nous avons surtout en tête les résultats au niveau national. A Paris, nous ne sommes pas dans une situation où la droite dépasserait les 50%." Evacuant l'avance imprévue de la rivale UMP Nathalie Kosciusko-Morizet à l'échelle de Paris, ils préféraient se concentrer sur les mauvais chiffre de cette dernière dans les 14e et 12e arrondissements. "NKM a perdu un triple pari, soutenait l'allié Modem d'Anne Hidalgo, Jean-François Martins. Le 14e arrondissement, la mobilisation des électeurs et le rassemblement au premier tour." Et de répéter que l'avance de NKM "ne signifie rien" dans le cadre des municipales parisiennes.

La méthode Coué, donc. Anne Hidalgo, attendue dès 21h30, s'est finalement exprimée peu avant 23 heures. "Ce soir, je me réjouis, car la gauche est en tête dans la majorité des arrondissements", a lancé la candidate socialiste dans un bref discours, certifiant que les Parisiens seraient "encore plus nombreux à s'exprimer la semaine prochaine". Elle s'est éclipsée avec ses soutiens après avoir assuré que les discussions avec les écologistes débutaient "dès ce dimanche soir". Une des clés, probablement, du succès au second tour. Le QG de campagne de la candidate socialiste s'est vidé sans que personne ne se soit exprimé sur le mauvais résultat d'Anne Hidalgo dans le 15e arrondissement, où elle se présentait face à un Philippe Goujon (UMP) qui a frôlé la réélection dès le premier tour.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter