Le candidat du jour : Carine Petit, l'inconnue qui déjoue le pari de NKM

Le candidat du jour : Carine Petit, l'inconnue qui déjoue le pari de NKM

DirectLCI
MUNICIPALES 2014 - Carine Petit est la candidate socialiste investie dans le 14e arrondissement de Paris pour y affronter Nathalie Kosciusko-Morizet. Malgré sa faible notoriété, les sondages lui prédisent une victoire facile face à la médiatique candidate de l'UMP à la mairie de Paris.

Carine Petit. Ce nom ne vous dit rien ? Vraiment ? C'est la candidate socialiste à qui deux sondages prédisent une assez large victoire dans le 14e arrondissement le 30 mars prochain. Face à elle : pas n'importe qui, puisqu'il s'agit de Nathalie Kosciusko-Morizet, alias NKM, ancienne ministre, figure médiatique de la droite, candidate à la mairie de Paris… Mais elle, on ne vous la présente plus.

Carine Petit : une élue joviale de 39 ans - dont déjà 13 ans à la mairie du 14e -, fonctionnaire à Bagneux (Hauts-de-Seine), peu prompte à déchiqueter ses adversaires politiques. L'adjointe, restée dans l'ombre de feu Pierre Castagnou puis du tonitruant Pascal Cherki, maires successifs de l'arrondissement, est une parfaite inconnue. Sa notoriété ? "Elle est en constante progression, rigole l'élue. Il faut dire que je suis partie de zéro, alors je ne peux que progresser."

Campagne feutrée

Face à NKM, qui doit ferrailler sur plusieurs fronts - la dure campagne parisienne, les trahisons et les dissidences à droite -, elle n'a pas tenté l'abordage ou le duel. Inutile. La candidate capitalise sur l'avancée du PS dans ces quartiers et, assure-t-elle, sur le capital sympathie que son équipe inspire aux habitants. Plus que les sondages, "ce qui nous met en confiance, ce sont les habitants. La lutte contre l'abstention reste notre priorité. Mais ça bouge, les gens commencent à rentrer dans cette campagne".

Ainsi se joue la campagne dans cet arrondissement censé être décisif pour la gauche comme pour la droite. Dans un climat feutré, un peu aseptisé, presque déconnecté des affrontements fratricides qui se jouent à quelques dizaines de mètres de là. C'est en effet dans le 14e que NKM subit les attaques les plus féroces, venues de la dissidente Marie-Claire Carrère-Gée, qui a fédéré une partie des militants de l'arrondissement contre le "parachutage" de l'ex-ministre et rabote, selon les sondages, 4 % des intentions de vote à droite.

Meeting final le 18 mars

Carine Petit finit tout de même par lâcher une flèche sur son opposante. "Certains candidats ont présenté leurs projets. NKM n'a pas de projet pour le 14e. En tout cas, on ne l'a pas vu." A trois semaines des élections, c'est bien la moindre des choses d'attaquer l'adversaire. Le 18 mars, lors de son meeting, Carine Petit pourra compter sur Anne Hidalgo et Bertrand Delanoë pour pimenter la bataille dans la dernière ligne droite.

Plus d'articles

Sur le même sujet