Le candidat du jour : Jacques Mutez, l'adjoint qui dénonce l'autoritarisme de Martine Aubry à Lille

Le candidat du jour : Jacques Mutez, l'adjoint qui dénonce l'autoritarisme de Martine Aubry à Lille

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
MUNICIPALES – Cet ancien patron du Parti radical de gauche du Nord a quitté son parti pour lancer une liste sans étiquette. Il souhaite se faire entendre face à une Martine Aubry "autoritaire" et un Parti socialiste lillois "méprisant, arrogant et hégémonique".

Il se sent "libre et heureux". A 67 ans, Jacques Mutez a décidé de voler de ses propres ailes. L'adjoint au commerce de Martine Aubry se lancera aux municipales de Lille sous une liste "sans étiquette". Membre depuis 32 ans du Parti radical de gauche, dont il a été longtemps le président départemental dans le Nord, Jacques Mutez a été exclu de sa formation politique, fin 2013, pour ne pas avoir respecté l'accord avec le PS.

"J'ai quitté le groupe de la majorité municipale dès octobre 2012, rappelle-t-il. Maintenant, je n'ai de compte à rendre à personne." Le déclic ? Répondre à une "gestion autoritaire" des affaires par la maire de Lille. "Le ton s'est durci quand elle a été élue, se souvient-il. J'ai beaucoup de mal à faire passer mes propositions. Son entourage n'ose pas la contredire et lui laisse commettre des erreurs. Ils sont tous au garde-à-vous."

Un homme de réseaux

Malgré un déficit de notoriété - un sondage en novembre dernier le créditait de 1% des intentions de vote -, cet homme de réseaux, franc-maçon et ancien délégué régional du syndicat patronal des transports routiers (FNTR), mise sur son carnet d'adresses imposant pour faire la différence. "Le réseau de chacun des membres de ma liste va nous apporter beaucoup d'électeurs", parie-t-il.

Ses propositions ? Cet économiste de formation les appuie sur la "proximité avec les Lillois" et autour du "monde des PME". "C'est l'économie qui permet la solidarité et non l'inverse", résume-t-il. Pour "faire bouger les choses", il rêverait de mettre en place un "conseil municipal de salut public" ouvert à l’opposition, une équipe municipale resserrée "pour faire des économies", des îlotiers dans les quartiers contre l'insécurité ou encore un retour au stationnement gratuit le midi pour soutenir les commerçants.

Lire et commenter