Le candidat du jour : Manon Laporte, une bleue chez les rouges de Montreuil

Le candidat du jour : Manon Laporte, une bleue chez les rouges de Montreuil

DirectLCI
MUNICIPALES 2014 - Pendant trois semaines, avec France 3 Ile-de-France, metronews vous emmène aux quatre coins de l'Ile-de-France pour découvrir les enjeux locaux liés aux élections. Aujourd'hui, direction Montreuil, en Seine-Saint-Denis. Alors que la ville vote très majoritairement à gauche, Manon Laporte tente de faire éclore une opposition à droite.

En sortant du métro Croix de Chavaux (ligne 9), à Montreuil, impossible de rater le QG de la candidate UMP, Manon Laporte. Il occupe tout l'angle d'une rue. La décoration a été soignée : les vitres sont tapissées d'affiches et une camionnette de campagne, à son effigie, est stationnée à l'extérieur. "Cette idée de permanence mobile, tous les autres nous l'ont piquée", se félicite-t-elle, emmitouflée dans sa doudoune bleue.

Si Manon Laporte a intérêt à se faire remarquer, c'est parce que jusqu'à présent à Montreuil, la droite a été plutôt invisible. La ville, qui a voté à 76 % François Hollande lors de la présidentielle , est un terrain béni pour la gauche. "Lors de la première réunion publique que j'ai organisée, il y avait seulement cinq militants, se rappelle Manon Laporte. Aujourd'hui, j'ai réussi à rallier l'UDI et le MoDem".

"Je ne suis pas une femme de"

Elle, qui ne connaissait pas Montreuil il y a encore un an, s'est désormais installée dans la commune pour y faire campagne. Un parachutage en terrain politique miné : la ville est dirigée depuis 2008 par Dominique Voynet, qui a jeté l'éponge il y a quelques mois , dénonçant un climat "délétère" dans la commune. Mais dans cette ville où la gauche est ultra-majoritaire, celle-ci vole en éclats. Sept listes sont sur les rangs pour le premier tour. Une situation sur laquelle espère surfer cette avocate fiscaliste, qui mise beaucoup sur son programme "d'assainissement des finances" de la ville.

Son patronyme est familier des électeurs : la candidate est aussi la femme de Bernard Laporte , ancien entraîneur du XV de France et ancien ministre de Nicolas Sarkozy. "Si j'étais une 'femme de', on m'aurait confié une élection plus facile, coupe-t-elle. Au contraire, mon mari m'avait dit de ne surtout pas aller à Montreuil, que c'était perdu d'avance". Si Bernard Laporte, qui exerce à Toulon, n'a pas fait campagne avec elle, il lui a en revanche ouvert son carnet d'adresses. La semaine dernière, elle accueillait pour une réunion publique sur le sport les athlètes David Douillet, Basile Boli, le boxeur Samy Sana et… Monsieur Laporte en personne.

C'est la première campagne de cette novice en politique, qui s'est installée il y a peu dans la ville. Aujourd'hui, elle est créditée d'un peu plus de 10 % dans les sondages . ""Je ne suis pas adhérente UMP, précise-t-elle. Ma seule expérience politique, c'était à 15 ans, aux jeunesses communistes". Certainement son seul point commun avec Jean-Pierre Brard, l'ancien maire communiste de la ville, qui fait pour l'instant la course en tête dans les sondages.

Sur le même sujet

Lire et commenter