Le candidat du jour : quel score Philippe Poutou peut-il espérer à Bordeaux ?

Le candidat du jour : quel score Philippe Poutou peut-il espérer à Bordeaux ?

DirectLCI
MUNICIPALES – Philippe Poutou, l'ancien candidat à l'élection présidentielle du NPA, se présentera à Bordeaux en mars prochain. Mais lui-même ne se fait pas d'illusion sur son résultat...

En 2012, il avait été la révélation de la campagne présidentielle avec son franc-parler et son style tout en décontraction. Mais ni son caractère atypique ni sa pugnacité ne lui avaient pas permis de dépasser les 1,15% des suffrages. Peu importe pour Philippe Poutou, qui repart au combat pour les municipales. Le mécanicien cégétiste de l'usine Ford de Blanquefort (Gironde) a confirmé ce week-end qu'il défendrait les couleurs du Nouveau parti anticapitaliste à Bordeaux.

Un scrutin qui s'annonce difficile dans le fief d'Alain Juppé, possible vainqueur dès le premier tour selon les sondages. Une récente enquête CSA donnait le NPA, qui n'a pas réussi à s'entendre avec le Front de gauche, à 2% dans la ville. Pas sûr que la nouvelle notoriété de Philippe Poutou, qui lors de la campagne présidentielle confiait à metronews ressentir un "soutien énorme" dans la rue, suffise à booster le score de la formation.

"Je n'avais pas particulièrement envie d'y aller"

Au premier tour de 2012, Philippe Poutou n'avait en effet recueilli que 1,31% des voix à Bordeaux. Un mois plus tard en mai, il s'était présenté aux législatives dans la cinquième circonscription de Gironde. Pour un résultat légèrement amélioré : 2,12%. Le candidat-ouvrier peut espérer faire mieux. Aux dernières municipales de 2008, la liste de la LCR sur laquelle il se trouvait avait obtenu... 3% dans la capitale de l'Aquitaine.

Mais l'essentiel est ailleurs pour le militant du NPA. "Bien sûr, je ne me fais aucune illusion sur le résultat", vient de déclarer à Sud-Ouest celui dont la candidature vise à "faire parler de la liste". Les premiers mots de l'interview qu'il a accordée samedi au site du JDD ne devraient pas l'aider à convaincre les électeurs. "Je n'avais pas particulièrement envie d'y aller mais c'est une occasion d'exprimer notre mécontentement", répond-il alors qu'on lui demande pourquoi il se présente à Bordeaux.

Plus d'articles