Le débat Mitterrand-Chirac de 1988 rejoué au théâtre : " C'est pas si loin du duel Le Pen–Macron, au fond… "

PRÉSIDENTIELLE – Depuis mardi 2 mai et jusqu'au dimanche 7 mai au théâtre de l'Atelier dans le 18e arrondissement de Paris, Jacques Weber et François Morel rejouent le débat Mitterrand – Chirac du 28 avril 1988. Une pièce plus que d'actualité, dont la première a eu lieu mardi soir, à la veille du face-à-face très attendu entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron...

"Toi t'étais même pas né ! Tu vas rien comprendre!", lance Pierre 27 ans, à son pote Vincent. "T'avais deux ans quand ils sont passés à la télé, je suis pas sûr que tu saisisses mieux les idées. Ça reste un éclairage, un avant-goût peut-être du face-à-face qui nous attend. Mitterrand-Chirac en 1988, c'est pas si loin du duel Le Pen–Macron au fond… C'était un peu les mêmes sujets déjà qui faisaient débat", lui rétorque son pote d'enfance devant le théâtre de l'Atelier à quelques minutes du début du spectacle. 


C'est dans cette salle du 18e arrondissement de Paris, au pied du Sacré Coeur, que se jouait mardi soir la première de "1988 le débat Mitterrand-Chirac". Les représentations vont se poursuivre chaque jour jusqu'à dimanche, jour du vote à l'issue duquel la France élira son nouveau président… ou sa première présidente. Jacques Weber incarne le candidat socialiste, alors président et candidat à sa propre réélection. Face à lui, son rival RPR, Jacques Chirac, alors Premier ministre, interprété par François Morel. Entre les deux hommes, Magali Rosenzweig, en actrice journaliste, pour interpréter Michèle Cotta… 

Comme pour Vincent et Pierre, avant l'entrée sur scène des acteurs, il n'est question dans la salle où se côtoient jeunes et moins jeunes, que des résultats du premier tour et du débat de l'entre-deux-tours du mercredi 3 mai. "Mélenchon il aurait pu aller bien plus loin", "Si seulement il n'y avait pas eu les histoires de Penelope, François Fillon serait encore là". "Moi le duel Macron – Le Pen, je crois que ça peut-être un carnage, il y aura du débat, il y aura de l'affront, mais le ton peut monter très vite", prédit une spectatrice…


Puis la lumière s'éteint peu à peu et les acteurs entrent en scène. Les deux hommes sont remarquables dans leur rôle. Jacques Weber impressionnant quand il reproduit la gestuelle et la façon de parler de François Mitterrand. François Morel, reprenant lui des tics de langage de Chirac, est parfait dans l'interprétation de ce candidat de droite prêt à tout pour éjecter un Président en place de son siège. 

Vingt-neuf ans presque jour pour jour après ce débat, dont des répliques ont fait et font encore l'histoire, il est impressionnant de voir à quel point les similitudes, avec l'actualité sont grandes… Bien au-delà de la montée du Front national.  Car s'il ne sera sans doute pas question mercredi 3 mai au soir de "taux de TVA applicable aux aliments pour animaux", de "monopole du cœur" pour nos amis quadrupèdes, le chômage, l'immigration, le terrorisme, la sécurité ou encore l'Europe laissent d'ores et déjà entrevoir de vifs échanges entre les deux finalistes pour cette présidentielle inédite de 2017. 

"De rependre ces textes qui ont pesés dans notre histoire, de ne surtout pas en imiter ses interprètes au charisme légendaire mais d’en redonner à entendre autrement la 'pièce' ce n’est ni militant ni expérimental, c’est accompagner et questionner le temps traversé, c’est lui tendre son miroir", explique Jacques Weber dans un communiqué présentant la pièce. L'acteur qui, il y a dix ans, avait déjà joué avec Jean-François Balmer les deux débats de l’entre-deux-tours de 1974 et de 1981 entre Valéry Giscard d’Estaing et François Mitterrand poursuit : " C’est aussi se rappeler aux moments si délicats d’une élection présidentielle que les sujets déclarés et urgents, aujourd’hui, étaient déjà ceux d’hier ; en particulier la fragilité de plus en plus manifeste de la démocratie". 


Personne n'ira le contredire. En témoigne cette spectatrice quinquagénaire qui en quittant la salle tente de convaincre quelques amis visiblement pas décidés à déposer un bulletin dans l'urne dimanche : "L'abstention, c'est con. Dimanche, faut voter. C'est un droit, on a cette chance, faut y aller". A bon entendeur. 

"1988 Le débat Mitterrand Chirac", jusqu'au samedi 6 mai 2017 à 21h au théâtre de l'Atelier, 1, place Charles Dullin, 75018 Paris. Dimanche 7 mai 2017 à 16h. Durée du spectacle : 1h30 Informations réservations : http://www.theatre-atelier.com

Suivez toute l’actualité sur notre page dédiée à l’élection présidentielle

Découvrez comment votre commune a voté sur nos pages résultats de l’élection présidentielle.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Marine Le Pen perd la présidentielle

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter