Le FN Steeve Briois s'installe à la mairie d'Hénin-Beaumont

Le FN Steeve Briois s'installe à la mairie d'Hénin-Beaumont

DirectLCI
HISTORIQUE - Le secrétaire général du Front National, Steeve Briois, a été élu maire d'Hénin-Beaumont dimanche matin par le conseil municipal de la ville. Il avait obtenu 50,26% des voix au premier tour des élections municipales.

"C'est le premier jour d'une ère nouvelle pour Hénin-Beaumont". Ce dimanche matin, la présidente du Front national (FN) Marine Le Pen savoure son plaisir. Une semaine après la victoire fracassante au premier tour des municipales du secrétaire général du parti, Steeve Briois, 41 ans, vient d'être officiellement élu maire d'Hénin-Beaumont lors du conseil municipal inaugural. Un moment auquel l'ancienne conseillère municipale de cette commune du Pas-de-Calais a assisté en simple "militante parmi d'autres ici".

Marine Le Pen, présente au premier rang du public et en avant-dernière place sur la liste du nouveau maire, a beau assurer qu'"on ne gagne pas une ville pour en faire une vitrine, on gagne une ville pour améliorer la vie des habitants", elle sait que cette commune de 26.000 habitants était devenue cause nationale depuis 2007 pour son parti. Dimanche dernier fut donc le jour de gloire du FN. Sa liste y a été élue dès le premier tour, avec 50,26% des suffrages. Celle PS-EELV-PCF conduite par le maire sortant divers gauche, Eugène Binaisse, a obtenu 32,04%. Quant à l'ancien maire socialiste Gérard Dalongeville, révoqué en 2009 et condamné en août 2013 en première instance à trois ans de prison ferme et à cinq ans d'inéligibilité pour détournements de fonds publics - une peine dont il a fait appel – il n'a récolté que 9,77% des suffrages.

"Je suis un homme de dialogue"

Le premier conseil municipal d'Hénin-Beaumont s'est tenu dans une petite salle remplie de journalistes. Steeve Briois y a été élu à l'unanimité des votants, les élus de l'opposition n'ayant pas pris part au vote. "Le changement était nécessaire, homme de dialogue je suis, homme de dialogue je resterai", a déclaré le nouvel édile, qui souhaite aller "dans la direction de la sérénité retrouvée".

Une sérénité qui n'était pas vraiment de mise cette semaine, après le dérapage antisémite d'une des conseillères municipales. Mais le nouveau maire s'est voulu rassurant, "il n'y aura pas de chasse aux sorcières" . Dans une ville où le chômage atteint 18% et près de dix-neuf ans après les vives critiques portées contre les premiers laboratoires municipaux du FN dans des villes du Sud, comme Vitrolles (Bouches-du-Rhône) ou Orange (Vaucluse), Steeve Briois et le parti FN savent qu'ils sont plus que jamais attendus au tournant.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter