Le FN Stéphane Ravier élu à Marseille : "que cela plaise ou non, je suis le maire"

Le FN Stéphane Ravier élu à Marseille : "que cela plaise ou non, je suis le maire"

DirectLCI
MUNICIPALES – Bastion du socialisme, les 13ème et 14ème arrondissements ont été remporté dimanche soir par le candidat du Front national, Stéphane Ravier. Avec 26,51 % des suffrages à l’échelle de la ville, le parti se place comme la troisième force politique à Marseille.

D’un pas pressé, un membre du personnel de la mairie des 13ème et 14ème arrondissements quitte la mairie du 7e secteur. "Désolé, pas le temps. Mais de toutes les façons, devoir de réserve oblige, je ne peux rien vous dire", tranche-t-il. Même réponse auprès d’autres fonctionnaires durant leur pose cigarette. La victoire du candidat du Front national, Stéphane Ravier , dans ce bastion socialiste est dans toutes les têtes, mais personne ne se presse pour fournir un commentaire sur les résultats de dimanche soir.

A l’abri des regards, un agent municipal consent toutefois à témoigner. "Pour ma part, je suis encore sous le choc. Je ne m’y attendais vraiment pas. Pour être honnête, on n’en a pas trop parlé entre nous ce matin parce qu’on ne sait pas vraiment qui a voté pour qui. Ma seule crainte, c’est de savoir si je vais garder mon poste", explique-t-il. "Ça craint pour eux", prédit Mehdi, attablé au petit bar de quartier de la rue Paul Coxe en face de la mairie. C’est grave ce qui se passe. Déjà que les 13e et 14e arrondissements vont mal, là avec le FN, ça sera encore pire", redoute le jeune homme. "Arrête de dire ça, s'agace un habitué, on ne sait pas ce qu’ils vont faire, on verra".

Une force d’opposition

Dans ce secteur de 150 000 habitants, l’équivalent d’Aix-en-Provence, le nouveau maire FN, Stéphane Ravier, devrait prendre ses fonctions la semaine prochaine. "J’ai déjà prévu de rencontrer le personnel mardi affirme-t-il avant de balayer les craintes sur sa venue. Je ne perçois aucune peur. J’ai même entendu de nombreux employés qui nous faisaient part de leur souhait de nous voir arriver aux affaires pour en finir avec l’immobilisme d’antan".

Conscient du pouvoir limité d’un maire de secteur, Stéphane Ravier compte agir avant tout dans le "cadre de la loi" et d’aller à la rencontre de ses administrés. "Je veux faire savoir que je suis là. Que cela plaise ou non, je suis leur maire. Je suis prêt à les écouter, mais j’attends en retour qu’ils m’écoutent". Politiquement, c’est au conseil municipal de Marseille que le Front national devrait pouvoir se faire entendre. Avec 20 conseillers municipaux, le parti frontiste dispose du même nombre d’élus que le Parti socialiste, mais surtout d’un temps de parole conséquent. "Nous ne serons pas là pour bloquer, mais nous ferons savoir quand nous ne serons pas d’accord avec la politique de Jean-Claude Gaudin", promet-il.
 

Plus d'articles

Sur le même sujet