Le Front national devient un front local

Le Front national devient un front local

DirectLCI
Fréjus, Béziers, Villers-Cotterêts... Le Front national dirigera une quinzaine de villes à l'issue du second tour des élections municipales. Pour Marine Le Pen, son parti franchit "une nouvelle étape".

Après Toulon, Orange et Marignane en 1995 – puis Vitrolles deux ans plus tard -, le Front national revient aux affaires au niveau local. Arrivée en tête dans 21 communes au premier tour, et déjà victorieuse à Hénin-Beaumont la semaine dernière, la formation de Marine Le Pen a confirmé dimanche sa percée du premier tour en réalisant plusieurs de ses rêves de victoire.

La deuxième ville de l'Hérault, Béziers et ses 72.000 habitants, est ainsi tombée dans son escarcelle. Robert Ménard, l'ex-patron de Reporters Sans Frontières soutenu par le parti , a en effet viré en tête avec plus de 47% des voix dans une triangulaire avec un UMP et un PS. A Fréjus, ville varoise de 53.000 habitants, c'est le jeune David Rachline , 26 ans seulement, qui peut déboucher le champagne. Au total, le FN l'emporte dans une dizaine de villes  : il accroche également à son tableau de chasse Villers-Cotterêts (Aisne), Le Pontet (Vaucluse), Beaucaire (Gard) ou Hayange (Moselle). La victoire est particulièrement symbolique dans cette dernière commune, puisque c'est un ancien de l'extrême-gauche et de la CGT, Fabien Engelmann, qui l'emporte dans le bassin ouvrier lorrain.

Rendez-vous aux européennes

Plusieurs ténors du FN ont en revanche enregistré des déconvenues. A Perpignan, où le compagnon de Marine Le Pen Louis Alliot avait frappé un grand coup au premier tour, l'UMP conserve la mairie. Le député lepéniste Gilbert Collard est également battu à Saint-Gilles (Gard), de même que le vice-président du parti, Florian Philippot, à Forbach (Moselle).

Mais pour Marine Le Pen, qui avait fixé l'objectif de 1000 conseillers municipaux à ses couleurs, le contrat est largement rempli : elle a pu avancer dimanche soir le chiffre de "1200" nouveaux élus locaux. "Une nouvelle étape" s'ouvre pour le FN selon la dirigeante d'extrême-droite, qui a promis que les villes gérées par des frontistes seraient "des modèles" après les échecs des précédentes expériences. D'ores et déjà, elle tentera de confirmer ce bon résultats lors des européennes de mai.

Plus d'articles

Sur le même sujet