Poutou, Lassalle... : pour la presse, ce sont les "petits" candidats qui ont fait le show au débat présidentiel

DirectLCI
REVUE DE PRESSE - Au lendemain du débat télévisé réunissant la totalité des onze candidats à la présidentielle, les éditorialistes de la presse quotidienne s'accordent sur une chose ce mercredi : ce sont les "petits" candidats qui ont fait le show.

Le débat télévisé réunissant mardi soir la totalité des onze candidats à la présidentielle a été marqué par les interventions "dérangeantes et sincères" des "petits" qui ont fait le "show" mais cela ne devrait pas faire bouger les lignes, estime mercredi la presse. 


"Les petits candidats bousculent le débat", écrit Libération à sa Une. Dans son éditorial, Laurent Joffrin explique : "C'était l'attraction du débat : l'apparition en pleine lumière des hommes et des femmes de l'ombre dans cette présidentielle." "Ils ont crevé l'écran", avec une parole "intempestive, dérangeante, sincère souvent".


Les téléspectateurs ont ainsi pu voir "un autre visage de l'opinion. Celle que l'on entend peu. Déroutante, contradictoire, brouillonne, elle ne manquait pas d'une désarmante sincérité parfois. Nous n'étions plus habitués", relève pour sa part Denis Daumin, dans La Nouvelle République du Centre-Ouest.

En vidéo

Le show de Poutou contre Fillon et Le Pen

Un débat "parfois confus"

"Pour les 'petits', c'était hier soir peut-être la seule occasion d'affronter directement les 'grands' dans une stricte égalité de temps de parole", note Hervé Favre de La Voix du Nord. Et dans l'espoir "de se faire une place dans l'esprit des téléspectateurs" les 'petits' ont "souvent martelé leurs fondamentaux", reconnaît Grégoire Poussielgue, des Echos.


Enfin, si certains ont regretté un débat "parfois confus" qui "a croulé sous le nombre", comme l'explique Jean-Claude Souléry, dans La dépêche du Midi, tous pensent que cette confrontation "ne modifiera pas les grands équilibres" comme l'écrit Daniel Muraz, du Courrier Picard. "Pas sûr que les lignes aient bougé", pense aussi Christophe Bonnefoy du Journal de La Haute-Marne.

En vidéo

Les fous rires de Macron, Asselineau (et même Fillon) : quand Lassalle fait son show

Dans Le Parisien, Donnat Vidal Revel a vu "un débat parfois pénible" et se dit "peut-être que cette émission aura été inutile" avant de conclure sur une note plus optimiste : "Quand même avoir sous les yeux les onze candidats à l'élection présidentielle était assez fascinant."

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter