Le PS va-t-il changer de nom après les élections régionales ?

Élections Européennes 2019

PARTI SOCIALISTE - C'est l'idée avancée par Julien Dray dimanche soir sur France 2. Le (vieux) débat pourrait à nouveau s'ouvrir après ces élections régionales.

La gauche a résisté mieux que prévu dans ces élections régionales, mais sa défaite honorable ne lui évite pas une sérieuse remise en question. Comment la réinventer avant la présidentielle de 2017 ? Déjà en changeant le nom de son principal parti, le PS, disent certains. Julien Dray, le vice-président socialiste sortant de la région Ile-de-France, estimant à l'issue du second tour dimanche soir qu'une "nouvelle période politique" s'ouvrait, a ainsi annoncé que le PS lancerait "dès demain un nouveau projet", avec "vraisemblablement le nom du parti."

"On va changer certainement beaucoup de choses dans le fonctionnement du parti. On a dit qu’on allait même changer de nom, vraisemblablement, parce qu’on pense que le moment est venu d’ouvrir", a-t-il expliqué sur le plateau de France 2.

C'est Valls qui doit approuver

Le premier secrétaire du Parti Socialiste, Jean-Christophe Cambadélis a aussitôt fermé la porte à cette proposition en affirmant sur Twitter que le changement de nom n'était "pas à l'ordre du jour", contrairement au "dépassement du PS".

La porte-parole du PS Juliette Méadel a en revanche annoncé que le parti délibérerait demain sur cette question.

C'est loin d'être la première fois qu'un changement de nom du PS est ainsi évoqué - Hollande qualifiait cette idée de "disque rayé" lorsqu'il était premier secrétaire du parti. Manuel Valls, en particulier, s'en est à plusieurs reprises fait le héraut, après la défaite de Ségolène Royal ou, pour la dernière fois, dans une interview à L'Obs en 2014. Il 'avait alors défendue par la nécessité d'en finir avec une gauche "passéiste" et déjà, de créer une émaison commune de toutes les forces progressistes" afin de "répondre à la menace d'une droite dure et d'une extrême droite qui progresse".

À LIRE AUSSI
>> Tous les résultats des élections régionales 2015
>> EN DIRECT - Elections régionales : la France coupée en deux entre gauche et droite, le FN bredouille

Lire et commenter