Entre Copé et Sarkozy, "c'est la différence entre être et avoir été"

Entre Copé et Sarkozy, "c'est la différence entre être et avoir été"
Élections Européennes 2019

JEUNE ESPOIR - Vendredi matin sur France 2, Jean-François Copé a (encore) ciblé le bilan du quinquennat Nicolas Sarkozy. Au point de vouloir le faire passer pour un "vieux".

Nicolas Sarkozy ne se prive jamais de faire le coup de l'âge à Alain Juppé. Mais comme on est toujours le "vieux" d'un autre, le retour de bâton était inévitable. Il est venu, ce vendredi matin, de Jean-François Copé, l'autre candidat à la primaire, dont l'angle d'attaque est d'accabler le bilan du quinquennat de l'ex-président. Sur France 2, le député-maire de Meaux, tout en confirmant avoir reçu tous ses parrainages pour participer à la primaire, a donc lâché l'une de ces observations vachardes dont il a le secret  : 

C'est la différence entre être et avoir été : je n’ai pas été président. D'ailleurs, j’ai exactement l’âge qu’il avait quand il a été élu président- Jean-François Copé

Et de revenir sur son leitmotiv de campagne : il n'était pas au gouvernement sous le quinquennat Sarkozy, il n'est donc pas comptable de ses échecs. "A l'Assemblée, nous avions fait beaucoup de choses pour aiguillonner le gouvernement", notamment sur "les retraites", et la "sécurité", sur laquelle "on a baissé la garde". "Il y avait en 2007 une énorme attente par rapport à la rupture promise par Nicolas Sarkozy, mais elle n’a pas eu lieu. Il faut maintenant faire cette rupture."

On a hâte que les deux candidats puissent débattre en toute amitié du bilan de l'ex-président.  

Lire aussi

    Et aussi

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent