Législatives 2017 : à quelle heure ouvrent et ferment les bureaux de vote lors du second tour dimanche ?

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
HORAIRES - Ce dimanche 18 juin, la plupart des bureaux de vote fermeront leurs portes à 18 heures, mais les électeurs des grandes villes auront deux heures de plus pour s'y rendre, jusqu'à 20 heures. Attention, ces horaires sont différents de ceux de la dernière présidentielle.

Contrairement aux deux tours de la présidentielle, qui avait vu les bureaux de vote fermer leurs portes à 19h pour éviter de brouiller le scrutin, la fermeture des urnes à 18h fait son retour à l'occasion des élections législatives 2017, dont le second tour a lieu ce dimanche 18 juin. Notables exceptions : les grandes villes, telles Paris, Lyon, Toulouse ou Lille, où les rideaux des isoloirs tomberont définitivement à 20h, affluence oblige. 

Pour le cas de l'élection présidentielle, "les risques de divulgation prématurée des premiers résultats partiels", évoqués en octobre 2016 par le président du Conseil constitutionnel Laurent Fabius pouvaient avoir une influence sur un scrutin serré. Exemple avec François Fillon et Jean-Luc Mélenchon au coude-à-coude, et dont le résultat final aurait pu voir les deux hommes basculer au second tour en cas de mobilisation massive en leur faveur après publication des premiers résultats partiels. La multiplication des candidatures et des scrutins, propre aux législatives, diminue très largement ce risque, étant donné que les premières estimations fuitant des instituts de sondage n'auront que des traductions nationales.

Le souvenir de "Radio Londres" en 2012

Pour l'élection présidentielle, l'enjeu était d'autant plus important vue la place prise par les réseaux sociaux dans l'observation de la vie politique. En 2012, le hashtag "Radio Londres", tout comme la consultation des sites belges et suisses - qui ne sont pas, comme les médias français, soumis à l'interdiction de publication de résultats partiels -, avaient laissé courir de nombreux résultats partiels sur le duel entre Nicolas Sarkozy et François Hollande. Qu'importe que cette démarche soit considérée comme une "infraction pénale" punie de 75.000 euros d'amende.


Cette nouveauté avait eu quelques conséquences lors de la publication des premières estimations des résultats du premier tour, dimanche 23 avril. En effet, si le nom des deux finalistes avait été donné sur les plateaux télés et radios, reste que certains instituts de sondage avaient attendu la dernière minute avant de donner leur première estimation. Quitte à se tromper largement sur le score d'un des candidats. D'ailleurs, l'un des déçus du premier tour avait tenu à attendre l'officialisation des résultats par le ministre de l'Intérieur avant de reconnaître officiellement les résultats. Dans des circonstances très particulières, le second tour n'a pas laissé voir d'incertitudes sur l'identité du gagnant, mais a vu évoluer son score de 64 à 66% dans la soirée, du fait de l'apport des grandes villes qui a influencé le résultat. Rien de tel à craindre le soir des législatives.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Elections législatives 2017

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter