Législatives 2017 - Second tour : La majorité absolue pour La République en marche et le Modem

INEDIT - Au soir du second tour des élections législatives 2017, La République en marche d'Emmanuel Macron parachève le pari politique du chef de l'Etat et lui donne, avec 314 députés à l'Assemblée et 46 pour le Modem selon nos projections Kantar Sofrès-One Point, soit une majorité absolue pour gouverner. Toutefois, le résultat reste bien en-dessous des prévisions.

Le présage d'une Assemblée monochrome semble s'éloigner un peu. Au soir du second tour des législatives 2017, Emmanuel Macron parachève certes son pari de recomposer entièrement le paysage politique, mais le score final de son mouvement laisse une place plus importante que prévu à l'opposition parlementaire.


Avec près de 314 députés élus selon les premières projections pour La République en marche (REM) et 46 sièges pour l'allié Modem, la nouvelle majorité est ne rivalise pas, comme le laissaient présager les sondages d'entre-deux tours, avec la majorité obtenue par la droite et le centre en 1993 (472 élus). Le score dépasse toutefois largement le cap de la majorité absolue (289), y compris sans le Modem. 

Le nombre très important de députés qui prendront place la semaine prochaine à l'Assemblée nationale se double d'un renouvellement sans précédent, avec une moitié d'élus issus de la société civile et la parité totale au sein de ce groupe pléthorique entre les hommes et les femmes.


Le score répond d'une certaine  façon aux réflexions soulevées depuis plusieurs semaines par la possibilité d'une majorité trop large, dont les détracteurs estiment qu'elle remettrait en cause le pluralisme démocratique mais aussi qu'elle pourrait nuire à l'action du gouvernement en le privant d'une opposition parlementaire au profit d'une opposition "de la rue" et en lui faisant courir le risque d'une fronde interne faute de discipline de parti. D'après les premiers résultats, le PS, La France Insoumise et le PCF, ainsi que la droite LR et Modem auront un groupe parlementaire.


Malgré tout, le succès du parti présidentiel permettra au gouvernement de mener ses réformes au pas de charge, notamment celle, par ordonnance, du code du travail, un souhait exprimé par Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter