Législatives : comment faire campagne face à Jean-Luc Mélenchon ? On a interrogé ses adversaires à Marseille

TÉMOIGNAGES - La candidature de Jean-Luc Mélenchon dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône n'est pas passée inaperçue. Comment la vivent ceux qui doivent l'affronter au quotidien sur ce territoire regroupant les trois premiers arrondissements de la ville et une partie des 5e et 6e ? LCI leur a posé la question.

Au premier tour de la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête sur l’ensemble de la cité phocéenne, avec 24,8% des voix, et il a obtenu son meilleur score (39,09%) dans les trois premiers arrondissements de la ville ainsi qu'une partie des 5e et 6e, correspondants à la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. C'est donc dans celle-ci qu'il a choisi de se présenter aux élections législatives. De quoi perturber les plans du député PS sortant Patrick Mennucci, qui comptait bien se faire réélire à l’Assemblée nationale, et mettre sous le feu des projecteurs ses autres adversaires, finalement plutôt satisfaits de voir leur circonscription mise sur le devant de la scène.

Corinne Versini, la candidate de La République en marche et principale opposante au leader de La France insoumise, a même décidé de se présenter dans la circonscription pour "challenger" Jean-Luc Mélenchon. "J’ai fait mes petits calculs et quand j’ai supposé qu’il serait candidat ici, j’ai décidé moi aussi de m'y présenter", a déclaré à LCI cette cheffe d’entreprise aixoise. "On reproche aux candidats de la majorité présidentielle d’être novices en politique. Moi je veux apprendre, et quoi de mieux pour cela que de défier Jean-Luc Mélenchon ?", justifie-t-elle. 


Jeanne Marti et Solange Biaggi, candidates FN et LR, ont elles aussi bien accueilli la venue de Jean-Luc Mélenchon. "Personnellement, j’ai réagi positivement à sa candidature car il s’agit du meilleur scénario pour moi, en tant que candidate de la droite et du centre", a dit cette dernière à LCI, espérant tirer profit de l'affrontement entre Jean-Luc Mélenchon et la candidate de la majorité présidentielle.

Monsieur Mélenchon doit savoir que Marseille n’est pas et ne sera jamais son marchepiedPatrick Mennucci

Seul Patrick Mennucci a très mal réagi à ce "parachutage". "En cherchant à se faire élire dans une circonscription, une ville et un département où il n’a aucunement l’idée de s’installer, il démontre qu’il souhaite faire des citoyens du centre-ville de Marseille des instruments de son ambition personnelle", avait-il écrit dans un post Facebook daté du 10 mai. "S’il est élu, jamais il ne reviendra dans cette circonscription, jamais il ne prendra à bras-le-corps les problématiques marseillaises. (…) Mais monsieur Mélenchon doit savoir que Marseille n’est pas et ne sera jamais son marchepied."

Patrick Mennucci n’est pas le seul à dénoncer les intentions de Jean-Luc Mélenchon et à remettre en doute son envie de s’occuper des Marseillais. "Ce serait dramatique que le député en place ne s’occupe pas des habitants de la circonscription. Et Mélenchon ne s’en occupera pas, il retournera sur Paris, nous explique la candidate LR Solange Biaggi. Jean-Luc Mélenchon voit Marseille comme un marchepied pour ses ambitions nationales, dénonce elle aussi Corinne Versini, usant du même vocabulaire que le député PS sortant. Mais nous ne sommes pas un marchepied !"

En vidéo

Corinne Versini, "principale adversaire" pour Jean-Luc Mélenchon à Marseille : "J'en suis flattée"

Jean-Luc Mélenchon est peu aguerri aux problèmes locauxCorinne Versini

Tous les adversaires du leader de La France insoumise sont également unanimes pour dire que Jean-Luc Mélenchon ne fait pas campagne sur le local, mais sur le national. "Lors du débat (organisé par France 3 Provence-Alpes-Côte-d’Azur et diffusé le mercredi 7 juin, ndlr) nous avons vu qu’il était peu aguerri aux problèmes locaux. Il fait grandiloquent, il est très bon orateur, mais derrière il propose peu de choses concrètes. C’est ennuyeux", a estimé la candidate LRM auprès de LCI. "Il ne connaît pas le territoire. On l’a vu lors du débat sur France 3 : il remonte sans cesse aux problèmes nationaux. Les problèmes locaux, ça ne l’intéresse pas", a ajouté Solange Biaggi. Selon Jeanne Marti, "il est compliqué de connaître le terrain en quatre semaines, les problématiques des habitants. Surtout que les gens sont pudiques dans leurs difficultés quotidiennes. C’est facile de venir et de lire le terrain sur des fiches. Le terrain, ça ne s’apprend pas."


C’est justement parce qu’il fait une campagne nationale, en tant que leader de La France insoumise, que Jean-Luc Mélenchon est peu présent à Marseille. "Non je ne le rencontre pas sur le terrain. Je ne l’ai croisé qu’une fois sous les arcades du Vieux port, l’air assez hautain. Je le verrai pour la première fois sur le plateau de France 3", nous avoue Jeanne Marti, à la veille du débat. Même remarque du côté de Solange Biaggi : "Il vient en fin de semaine, il fait son show avec son micro et son estrade. Mais nous, nous sommes tout le temps sur le terrain." "Si il est venu cinq jours à Marseille….", ajoute, ironique, Corinne Versini.

En vidéo

Patrick Mennucci sur Jean-Luc Mélenchon : "Sa stratégie est d'écraser le reste de la gauche"

Mélenchon accusé de ne pas vraiment vouloir faire barrage au FN

Enfin, l’un des principaux reproches adressés à Jean-Luc Mélenchon est d’avoir choisi de se présenter dans la circonscription où il avait le plus de chances de l’emporter, et d’abandonner son ambition de faire barrage au Front national, faible dans cette circonscription. "En venant dans la seule circonscription de l’arc méditerranéen où le Front national n’a aucune chance d’être au second tour (14,3% au premier tour de la présidentielle), où la droite ne peut l’emporter (10,8% au premier tour de la présidentielle) il montre que son seul combat, le sens de son engagement politique est le combat gauche contre gauche" a écrit Patrick Mennucci sur les réseaux sociaux. Même Jeanne Marti, la candidate FN, est d’accord : "Si faire barrage au Front national avait vraiment été son but, il aurait pu se présenter dans la 3e circonscription où monsieur Ravier est bien placé. Il a en fait un courage assez mitigé".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Jean-Luc Mélenchon, l'"insoumis"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter