Législatives dans le Gard : Gilbert Collard saisit le parquet financier après la venue du Premier ministre Edouard Philippe

AMBIANCE - Le candidat FN Gilbert Collard accuse le Premier ministre d'avoir utilisé les moyens de l'État pour venir soutenir la candidate REM dans le Gard. Matignon assure que l'avion utilisé par Edouard Philippe a été loué par En Marche.

La campagne de l'entre-deux-tours des législatives dans le Gard se durcit. Opposé à la candidate REM Marie Sara, Gilbert Collard (FN) a annoncé jeudi avoir saisi le parquet national financier et la commission nationale des comptes de campagne, après la visite du Premier ministre Edouard Philippe à sa rivale. Il dénonce une "utilisation des moyens de l'État" et Matignon rétorque que le "petit avion" utilisé par Edouard Philippe pour son déplacement a été "loué par En Marche".


Le député FN sortant a fait son annonce lors d'une conférence de presse commune avec le maire de Béziers Robert Ménard, proche du FN. Le même jour, Edouard Philippe se rendait à Aigues-Mortes pour soutenir Marie Sara. Au premier tour, cette dernière a récolté 48 voix de moins que Gilbert Collard. 

"Il est inacceptable en pleine période dite de la moralisation de la vie politique qu'un Premier ministre utilise les moyens de l'État à des fins électorales", a déclaré Gilbert Collard. "Outre qu'un Premier ministre est payé pour remplir ses fonctions à plein temps, il n'a pas le droit de détourner les aides attachées à sa fonction pour se transformer en prospectus ambulant payé par le contribuable", a-t-il poursuivi.


L'élu FN a également demandé de "vérifier si M.Edouard Philippe a déduit de sa rémunération ministérielle le temps consacré à la campagne électorale de Mme Marie Sara" et affirme que la mobilisation de "forces de l'ordre" représente "un véritable détournement de fonds publics en faveur de l'élection d'une candidate appartenant au mouvement politique du Premier ministre, dont elle est recéleuse". 


Interrogé, Matignon a affirmé qu'Edouard Philippe est venu dans le Gard avec un "petit avion loué par En Marche!". Le mouvement, quant à lui, a confirmé que "l'intégralité (des frais) de déplacement du Premier ministre ont été pris en charge par le mouvement."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Elections législatives 2017

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter