Affiche détournée, permanence redécorée : à Marseille, chicaneries entre Mélenchon et Mennucci

AMBIANCE DE CAMPAGNE - Alors que les sondages donnent Jean-Luc Mélenchon largement en tête et son rival du PS Patrick Mennucci éliminé au premier tour de l'élection législative, la 4e circonscription des Bouches-du-Rhônes est le théâtre de provocations dans les deux camps.

Dans la 4e circonsription des Bouches-du-Rhône, la bataille entre Jean-Luc Mélenchon et Patrick Mennucci pour le siège de député bat son plein. L'arrivée de l'ex-sénateur de l'Essonne, candidat aux législatives du Pas-de-Calais en 2012 et élu député européen dans le Su-Ouest en 2014, n'avait pas manqué d'être soulignée dans le camp du candidat socialiste, qui ne décolère pas depuis contre le "parachutage" du 4e homme de la campagne présidentielle. 

Sondage choc...

Un argument que le député sortant rappelle tant et plus, reprochant à ce dernier de vouloir "tout faire pour passer pour un Marsellais. Bientôt, il va se mettre à jouer aux boules et à boire du pastis. Tout cela est absolument lamentable", expliquait-il le 12 mai sur RTL. Dans la même veine, il avait reproché au député européen de venir dans une circonscription où le FN est à un niveau très bas, Marine Le Pen y ayant recueilli moins de 15% au premier tour de l'élection présidentielle. "La seule de l'arc méditerranéen où le FN n'a aucune chance d'être au second tour", fulminait ce soutien de Benoît Hamon sur sa page Facebook.


Depuis, rien ne va plus pour Patrick Mennucci, à qui Jean-Luc Mélenchon a proposé d'offrir "de la bouillabaisse" pour calmer sa fureur ("Il va se la manger tout seule", avait répondu Mennucci). Selon un sondage Harris Interactive diffusé le 19 mai, le député PS arriverait loin, très loin du second tour, avec 13% des sondages, contre 35% pour son rival de la gauche et 26% pour Corinne Versini, candidate de la République en marche. Le 20 mai, c'est un sondage Ifop pour le JDD qui donne 38% à l'insoumis et toujours 13% pour le socialiste.

... et bataille d'affiches

Pour accueillir comme il se devait le candidat des insoumis, les soutiens locaux de Patrick Mennucci avaient pourtant fait dans la provocation, en allant coller quelques affiches de leur champion sur la permanence de son rival, comme l'avait photographié l'AFP le 11 mai. Les chicaneries se sont poursuivies samedi 20 mai, quand Patrick Mennucci s'est indigné d'un photomontage réalisé avec son affiche où son slogan est passé de "Un député de gauche pour Marseille" à "Un député de gauche pour Macron"

Le message a de quoi rendre confus, alors que nombre d'anciens membres de la majorité socialiste associent leur nom à celui du Président (Manuel Valls, Myriam El Khomri...) pour faciliter leur élection. Une stratégie qui fait le jeu des insoumis, sans qu'on puisse avoir la certitude que ce sont bien des militants mélenchonistes qui sont derrière ce coup-là. 


Au point d'avoir d'ailleurs piégé deux cadres du mouvement. L'un des rédacteurs de la partie économique de L'Avenir en commun, le candidat dans la 4e circonscription de Haute-Garonne Liêm Hoang-Ngoc...

... et la directrice de la communication de la campagne de Jean-Luc Mélenchon, Sophia Chikirou. Cette dernière, après avoir tweeté l'affiche détournée en la prenant pour vraie, a fini par se rendre compte de sa bévue.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Jean-Luc Mélenchon, l'"insoumis"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter