DROITE : OBJECTIF COHABITATION - Répondez à notre instantané du jour

Élections Européennes 2019

POLITIQUE - Répondez à votre question du jour : Selon vous, les candidats retenus pour le second tour correspondent-ils à la réalité de la France : Oui ? Non ? Résultat décrypté par Yves Calvi et ses spécialistes dans "24 heures en questions", diffusée en direct sur LCI (canal 26) dès 18h10.

Hier, les Français ont fait un choix, celui de voir s'affronter Emmanuel Macron et Marine Le Pen. C'est la deuxième fois que le Front national accède au second tour de l'élection présidentielle, mais contrairement à 2002, plus personne ne s'en étonne. La presse, en dehors de l'Humanité, a d'ailleurs choisi de titrer sur le leader d'En Marche ! ou sur la défaite de François Fillon, plutôt que sur l'accession de Marine Le Pen au second tour. L'étonnement vient en effet davantage de l'éclatement des partis traditionnels que de la victoire au premier tour du Front national. Mais après la surprise, les prétendants à la magistrature suprême doivent désormais relever le défi de fédérer les élus et surtout les électeurs autour d'eux.

L'éclatement des partis traditionnels

 Pour ce qui est des élus, nombreux sont ceux qui ont déjà annoncé qu'ils voteraient pour Emmanuel Macron au second tour. C'est le cas de François Fillon, de Benoît Hamon mais aussi de l'ensemble du bureau national du PS, comme l'a déclaré Jean-Christophe Cambadélis : "Nous appelons à battre l'extrême droite, Marine Le Pen, et donc nous appelons à voter Macron. Cette prise de position a été unanime au sein du bureau national du PS et c'est suffisamment rare pour que ce soit souligné". Mais alors, comment Emmanuel Macron et Marine Le Pen vont-ils fédérer autour de leur candidature ? Le "front républicain" existe-t-il toujours ? La droite et la gauche sont-elles mortes ? Quels seront les prochains ralliements autour des candidats ?

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter