Les 5 trucs d'Alain Juppé pour prouver qu'il est sympa et chaleureux

Les 5 trucs d'Alain Juppé pour prouver qu'il est sympa et chaleureux

SENSIBLE - Comment briser l'image du "techno froid et insensible" qui lui colle à la peau depuis 40 ans ? Alain Juppé s'y emploie activement dans son "livre numérique" en ligne vendredi, "De vous à moi". Morceaux choisis.

Jacques Chirac, en campagne, enchaînait les poignées de main et les visites à la buvette du PMU du coin. Nicolas Sarkozy sait taper sur l'épaule de son interlocuteur comme personne, ce qui lui a plutôt réussi en 2007. Dans le registre chaleureux, Alain Juppé, lui, n'est pas le champion de la catégorie. Voilà même 40 ans - il le reconnaît lui-même - qu'on lui colle l'image du "techno froid et insensible", qu'il estime ne pas mériter. Si cette étiquette ne l'empêche pas de rester le favori de la droite pour 2017, le maire de Bordeaux sait bien qu'il sera encore attaqué là-dessus. D'où son petit "livre numérique" mis en ligne vendredi, De vous à moi, le bonheur d'être français. Entre narcissisme et autodérision, voici comment il plaide sa cause. 

  • 1Je suis sympa

    Qu'on se le dise : Alain Juppé n'est pas homme à hausser les épaules en regardant droit devant lui si vous le croisez dans la rue. En politique, "on aime être aimé", concède le candidat à la primaire de droite. Et ce jour d'automne 2013, sur le boulevard Saint-Germain à Paris, il s'est même fait "un ami inconnu". Juste un passant qui l'encourageait à se lancer dans la présidentielle... "Je me souviens d'avoir continué à sourire pendant quelques mètres après l'avoir dépassé", s'émeut-il, jurant que ce qui lui importe, "ce n'est pas la popularité à tout prix".
  • 2Je suis Caliméro

    Deuxième priorité : en finir avec l'image du Premier ministre "droit dans ses bottes" qui a mis une partie de la France en grève en 1995. En jouant sur la corde sensible. "A certaines époques de ma vie, je me suis senti bien seul", confesse-t-il à propos de cette période. Il se voit en "Premier ministre rejeté par l'opinion et que la foule brûlait en effigie après l'avoir encensé". Ce qui ne l'empêche d'expliquer que, sur le fond, il avait raison lorsqu'il voulait réformer les régimes spéciaux de retraites. Mais c'était "aller trop vite et exiger trop des Français en même temps".
  • 3Je suis modeste

    "On le sait, je n'aime pas parler de moi", affirme Alain Juppé dans cet ouvrage de 85 pages vantant son propre bilan politique. Le candidat de droite met cette froideur qu'on lui prête sur le compte de la pudeur, de "l'éducation" et de la "timidité naturelle". "Oui, je suis modeste", a-t-il d'ailleurs confirmé vendredi matin au micro de Jean-Jacques Bourdin.
  • 4Je suis un rémora

    L'autodérision : c'est probablement l'arme la plus efficace d'Alain Juppé pour tenter de bannir cette image de monstre froid qu'on lui colle. Parlant de Jacques Chirac en campagne à ses côtés, il se décrit comme "un rémora collé au flanc d'un grand requin. Le problème dans ce cas-là, c'est qu'on ne voit que le requin et qu'on peine à distinguer le rémora".
  • 5Je suis magnanime

    Alain Juppé veut faire savoir que les petites piques à répétition de Nicolas Sarkozy à son sujet ("face à un mec de gauche de 72 ans, je ne peux pas perdre", lâchait ce dernier récemment) ne le blessent pas du tout. "Il y a entre nous une estime réciproque", assure Juppé. Qui jurerait même que le quinquennat Nicolas Sarkozy "n'a pas été perdu pour la France". Enfin... sur la politique étrangère. Même magnanime, il n'oublie pas d'étriller les "inutiles fractures" créées par son adversaire et "la façon dont a été menée la campagne présidentielle de 2012" - sous-entendu trop à droite. Jusqu'à ce constat dont on tire les leçons que l'on souhaite : "Nous nous ressemblons peu, ni physiquement, ni du point de vue du caractère, de l'émotivité et des goûts".

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    REVIVEZ - "Danse avec les stars" la finale : c'est Tayc qui l'emporte face à Bilal Hassani !

    Variant "Omicron" : "S'il y a un cas en Belgique, il y en a déjà en France"

    EN DIRECT - Covid-19 : au Royaume-Uni, deux cas du variant Omicron détectés

    En évoquant "l'autonomie" de la Guadeloupe, Sébastien Lecornu fait des vagues

    Avec le variant Delta, le risque de contamination explose dans le métro

    Lire et commenter
    LE SAVIEZ-VOUS ?

    Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

    Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.