"Les jeunes vivront mieux en 2017" : doit-on croire "Notre idée de la France", le site de soutien à Hollande ?

"Les jeunes vivront mieux en 2017" : doit-on croire "Notre idée de la France", le site de soutien à Hollande ?

VÉRIFICATIONS - Des soutiens de François Hollande organisent la riposte face à la droite en vue d'une éventuelle candidature en 2017. Le site "Notre idée de la France" égrène des arguments pour vanter le bilan du quinquennat auprès des jeunes. Certains méritent débat. LCI s'est penché dessus.

François Hollande met un pied dans la campagne de la présidentielle. Ou du moins, ses proches soutiens, dont son fidèle lieutenant, Stéphane Le Foll. Le site Notre idée de la France, mis en ligne mardi, prépare la "riposte" des tenants de la ligne gouvernementale face à la droite (et à une partie de la gauche). Son objectif : vendre le bilan du quinquennat, en particulier auprès des jeunes - le fameux "ça va mieux" de François Hollande. Et, au passage, d'égratigner les projets des candidats de la droite. Le site égrène un argumentaire basé sur des infographies, des petites fiches et des témoignages de jeunes socialistes. Comme dans tout argumentaire, certains points méritent sérieusement débat. 

"Les jeunes d'aujourd'hui vivent mieux qu'en 2012"

Lors de son fameux discours au Bourget  en janvier 2012, François Hollande lançait aux jeunes : "Si je reçois le mandat du pays, je ne veux être jugé que sur un objectif : est-ce que les jeunes vivront mieux en 2017 qu'en 2012 ? Je demande à être évalué sur ce seul engagement". A l'heure du bilan, les "jeunes de gauche" qui témoignent dans le teaser vidéo du site affirment que, oui, le chef de l'Etat a rempli son objectif. "Les jeunes d'aujourd'hui vivent mieux qu'en 2012", dit l'une d'eux.

Cette affirmation très large est particulièrement difficile à évaluer. S'agit-il des conditions de vie ? D'emploi ? Du moral des jeunes ? Si l'on raisonne sur un élément objectif, l'emploi, les dernières tendances iraient plutôt dans le sens de ces arguments. Malgré la dégradation du dernier trimestre (+ 2,2%), le chômage des moins de 25 ans (catégorie A) a ainsi reculé de 3,5% sur un an, selon les derniers chiffres de l'Insee. Cela dit, au second trimestre 2016, le chômage des jeunes représentait toujours 23,7% de cette catégorie, loin devant les autres tranches d'âges. Et ce malgré la création des quelque 325.000 "emplois d'avenirs" (qui n'excèdent pas trois ans), les 72.000 bénéficiaires de la garantie jeunes et les 30.000 "contrats starter". Difficile de dire qu'ils vivent mieux dans ces conditions.

"Il a su nous rassembler, dépasser les clivages"

L'affirmation peut laisser circonspect. Bien sûr, l'appel à l'unité nationale lors des attentats de 2015-2016 peut être mis au compte de l'actuel président, quand bien même cette unité a pu être remise en cause par les affrontements politiques ultérieurs sur les questions de sécurité. 

Cependant, plusieurs épisodes du quinquennat ont largement contribué à diviser la majorité de gauche dont bénéficiait le chef de l'Etat en 2012. Premier épisode : la loi Macron, votée à deux reprises avec le recours au 49.3, dont plusieurs mesures contestées comme l'extension du travail dominical ont accéléré la "fronde" des députés socialistes, après la démission des ministres écologistes du gouvernement en désaccord avec les orientations économiques. Second épisode : la déchéance de nationalité pour les auteurs d'actes terroristes, qui a plombé l'unité nationale après les attentats de novembre 2015, en éloignant une partie de la gauche (dont la ministre de la Justice Christiane Taubira) sans satisfaire pour autant l'opposition de droite. Ou encore la loi Travail, qui a mis des centaines de milliers de jeunes dans la rue, a failli entraîner une motion de censure de gauche contre le gouvernement et mis sur orbite au moins deux concurrents potentiels de François Hollande, Benoit Hamon et Arnaud Montebourg. 

"L'augmentation de la rémunération des stages"

Dans leur témoignage, les jeunes socialistes se félicitent de l'action en faveur des stagiaires, qui s'est traduite par un meilleur encadrement de leur indemnisation. En réalité, il ne s'agit pas d'une "augmentation de la rémunération des stages", comme ils l'affirment, mais de l'instauration d'une "gratification minimale" lorsque le stage dépasse les deux mois. Soit 523 euros mensuels en 2016 pour un stage à temps plein. 

"François Hollande, c'est le service civique généralisé"

François Hollande a promis de venir (enfin) au bout de la réforme du service civique, instauré en 2010. Mais pour l'heure, il n'y a rien de généralisé : près de 100.000 jeunes seulement se sont engagés dans ce dispositif encore méconnu des Français. Aussi, le président de la République a renvoyé sa généralisation au prochain mandat, avec l'objectif d'intégrer 350.000 jeunes, soit la moitié d'une classe d'âge, en 2018. 

"Nous avons sauvé la Sécurité sociale"

L'argumentaire des soutiens de François Hollande reprend mot pour mot les affirmations récentes de la ministre de la Santé, Marisol Touraine. Elle annonçait ainsi le retour à l'équilibre des comptes du régime général de la Sécurité sociale pour 2017. 

Toutefois, il reste difficile d'affirmer que la Sécu a été "sauvée" dans son ensemble. La branche maladie, notamment, doit toujours faire face à un déficit de 2.6 milliards d'euros, et le Fonds de solidarité vieillesse, à un trou de 3.8 milliards d'euros. Le retour à l'équilibre attendra un peu. 

Lire aussi

    VIDÉO - Hollande accélère le tempo en vue de 2017

    En vidéo

    Hollande en campagne : le Président accélère le tempo

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    VIDÉO - "Ça va la claque que tu t'es prise ?" : Emmanuel Macron interpellé par un écolier

    EN DIRECT - Affaire Jubillar : le procureur détaille les "incohérences" de la version du mari

    Disparition de Delphine Jubillar : ce nouvel élément révélé par l’amant de l'infirmière

    "Je ne mange pas le soir" : elles vivent avec moins de 1000 euros de retraite par mois

    AstraZeneca annonce que son traitement anti-Covid est inefficace

    Lire et commenter
    LE SAVIEZ-VOUS ?

    Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

    Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.