Les quatre enseignements du premier tour à Nice

Les quatre enseignements du premier tour à Nice

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
MUNICIPALES – L’élection de ce dimanche marquent un nouveau rapport de force Droite – Gauche. Christian Estrosi réalise un score très élevé mais la liste conduite par Olivier Bettati le prive d’un sacre au premier tour.

Un nouveau rapport de force droite-gauche. En additionnant les voix récoltées par Patrick Allemand et Robert Injey (23.692) , on constate que les listes de gauche ont mobilisé ce dimanche 13.749 électeurs de moins qu'en 2008. Trois candidats s'étaient alors présentés : Patrick Allemand, Bruno Della Sudda et Patrick Mottard et avaient totalisé 37.441 voix. Patrick Allemand perd 9.627 suffrages par rapport à la précédente municipale, tandis que le PCF - Front de gauche en rassemble 6.178.

Bettati prive Estrosi d’un sacre au premier tour. La fuite d’une partie des électeurs de gauche vers la liste conduite par Olivier Bettati , sur laquelle on trouve des personnalités ex-socialistes comme les époux Concas, ne peut expliquer cette érosion de l’électorat de gauche. Pour Patrick Allemand, "c'est une tendance nationale qui fait qu'on est à un score si bas". Il faut cependant souligner que c’est dans le premier canton, celui où est élu Marc Concas, que la liste Bettati réalise son meilleur score : 14,59 %. Mais la candidature de l’ancien adjoint au maire aura surtout eu un impact à droite, en privant Christian Estrosi d’une élection au premier tour qui aurait été historique.

Le maire sortant plébiscité. Ceux qui prétendaient que les Niçois étaient lassés par la politique menée par Christian Estrosi sont tombés de haut dimanche soir. Le maire sortant progresse de 8.000 voix par rapport au premier tour de 2008, et cela malgré une participation en baisse de 4 points. A 139 bulletins près, il rassemblait dès le premier autant d’électeurs qu’au second tour il y a six ans ! C’est dans le 10e canton, celui de Bernard Asso, que Christian Estrosi réalise son meilleur score, avec 50,64 % des suffrages exprimés.

Le retour en force de l’extrême droite. Bien que parachutée, Marie-Christine Arnautu bénéficie de l’engouement national pour le rassemblement Bleu Marine. La candidate FN capitalise 17.910 voix au premier tour, c’est-à-dire trois fois plus que Lydia Schenardi il y a six ans. Si l’on ajoute les suffrages obtenus par Philippe Vardon (5.095), Jacques Peyrat (4.239) et Michel Cotta (610), les listes d’extrême droite rassemblent près de 28.000 électeurs Niçois. "Nous sommes la 1ère force d'opposition à Estrosi, claironne ce lundi matin Gaël Nofri. Les Niçois qui contestent la politique du Maire savent désormais quel doit être leur vote."

Sur le même sujet

Lire et commenter