Levallois : "Action Discrète" fait danser Patrick Balkany

Levallois : "Action Discrète" fait danser Patrick Balkany

DirectLCI
PIEGE – Les humoristes de l'émission Action Discrète, diffusée jeudi sur Canal+, se sont fait passer pour de faux rappeurs de Levallois et ont interpellé Patrick Balkany. Le candidat sortant n'a pas hésité à se déhancher sur la musique de ces jeunes... pour le moins virulents.

Les caméras cachées sont parfois l'occasion de découvrir une drôle de facette de nos politiques. Dans Action Discrète diffusée jeudi , les humoristes de Canal+ ont piégé le maire de Levallois Patrick Balkany en se faisant passer pour des jeunes rappeurs d'une cité de Levallois. Lors d'un tractage dans sa ville, le maire s'est fait interpeller par ces "faux" rappeurs et a même dansé sur leur musique.

Dans cette vidéo intitulée "Le Gangsta Rap soutient Balkany", l'édile de Levallois s'amuse du discours sans concession du jeune rappeur qui le compare à un patron de cité. "Franchement Levallois c'est pas le bordel. Dans la cité Neruda c'est pareil. Il y a qu'un mec qui s'occupe du teshi (shit en verlan, ndlr), il faut un boss, voilà", lui explique l'humoriste qui se fait appeler "Le Furet" en référence à La Fouine. Et d'inviter Patrick Balkany dans sa cité : "Dès que tu es en cavale, tu viens. On te met dans l'appartement nourrice (lieu où la drogue est cachée, ndlr), ne te planque pas à la mairie".

"Si tu veux voter Balkany, lève les mains"

Après cet échange et sous les rires du maire de Levallois, Le Furet propose à Patrick Balkany et à son équipe de campagne, d'écouter sa chanson écrite spécialement pour lui. Sur les paroles de "Si tu veux voter Balkany lève les mains", le maire ose même quelques pas de danse. "Dans ta ville, c'est Levallois du plus fort. T'as l'gen-ar quéplan dans l'coffre-fort. T'es le king du Fisc-fucking et dans ton parking, Cherokee, 4X4, t'es l'homme à abattre ! A BFM t'as confisqué la caméra ! S'tu veux demain on leur envoie la Camorra ! Nique les Plenel, les Domenech, les Moreira ! Dans leur pizza, on va leur mettre d'la morts-aux-rats !", chantent les humoristes avant de lister les nombreuses propriétés du maire sortant : "La villa aux Caraïbes, c'est pas à lui. Le Palais à Marrakech, c'est pas à lui. Le Moulin de Giverny, c'est pas à lui."

Loin d'être gêné par ces paroles, Patrick Balkany applaudit, acquiesce parfois mais n'oublie pas qu'il est en campagne. "Tu me le mets, hein... tu me l'envoies", demande-t-il, pressé de diffuser ce "clip de campagne".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter