Lille : Martine Aubry et ses alliés écologistes en pleine crise de "confiance"

Lille : Martine Aubry et ses alliés écologistes en pleine crise de "confiance"

DirectLCI
MUNICIPALES – La maire de Lille a évoqué ce lundi une faute "morale" et a remis en cause la "confiance" envers ses alliés écologistes. Ces derniers ont dénoncé en effet dénoncé le week-end dernier un "parti socialiste impuissant" sur la sécurisation des piétons et des clyclistes. Contactée par metronews, la tête de Lille EELV Lise Daleux persiste et signe.

Une crise de confiance entre des alliés de longue date. Martine Aubry a évoqué lundi un "doute sur la confiance" qu'elle porte envers les candidats lillois d’Europe Écologie- Les Verts (EELV). Suite à un piéton grièvement blessé la semaine dernière  ceux-ci étaient montés au créneau pour réclamer la sécurisation du rond-point de la porte des Postes à Lille. 

La maire de Lille n’a pas digéré les propos des têtes de liste, Lise Daleux et Éric Quiquet, qui dénonçaient un parti socialiste "totalement impuissant face aux problèmes de sécurité des piétons et des cyclistes." De surcroît, les écologistes auraient "récupéré" à leur compte le "travail collectif" du futur réaménagement du rond-point.

"Le climat n’est plus le même"

"Pendant les précédentes campagnes, on s’est toujours respectés. Mais là, le climat n’est plus le même", a déclaré la maire de Lille dans La Voix du Nord . Une confiance émoussée qui pourrait remettre en cause la distribution des places à l’issue du second tour.

Ce mardi, les échanges d’amabilités se sont succédés sur Twitter , effritant encore plus le pacte de non-agression entre les deux listes. "Nous persistons à dire que nous sommes à l’origine de la carte des points noirs pour les piétons et cyclistes et du projet du rond-point des Postes, indique à metronews la candidate EELV, Lise Daleux. Il s’agit d’une gesticulation moraliste et électoraliste. La confiance, ça ne se décrète pas. Depuis trois ans, nous ne voyons Martine Aubry qu’au cours des conseils municipaux. Il y a un problème de gouvernance à revoir."

"Un socialisme à visage bougon"

Une faille dans la majorité, dans laquelle s’engouffre avec délice Jean-René Lecerf, porte-étendard de la liste d’opposition UMP-UDI : "Je ne suis pas surpris de réaction, nous confie-t-il. Avec Martine Aubry, si on n’est pas de son avis, il faut se taire. Elle est facilement outrée avec un déni de vérité désarmant. C’est le socialisme à visage bougon, comme l’a résumé un journaliste dans un ouvrage récent."
 

Lire et commenter